Défaut avoué à moitié pardonné ?

Oui.

Attention, ne vous mettez pas à avouer vos pires défauts; à mettre en lumière des défauts qui ne seraient pas directement observables par le jury.

Car c’est bien cela qui est en jeu ici. On parle d’évoquer un défaut que le jury aurait déjà observé.  A vous de savoir si votre défaut a pu être visible ou pas. Un défaut est toujours un mauvais point. Imaginez que le jury s’aperçoive que vous êtes bourré d’orgueil, un peu trop. Il considère que c’est un défaut et donc vous perdez un peu de son estime.

Vous avez donc intérêt à lui montrer que vous avez conscience de ce défaut, que vous l’avez identifié. Donc à la première opportunité, faites-le !

Mais attention, il ne s’agit pas d’ « avouer » ! Vous n’êtes pas dans l’aveu ou la contrition. Ne prenez pas un air désolé ou dépité, celui de l’individu qui a fauté. Sachez en parler de manière objective, sous forme de constat pur et simple.

« Je pense que je ne manque pas d’orgueil; c’est un sentiment assez présent chez moi, trop présent sans doute. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s