Le critère académique

Pourquoi ?

Franchement, l’entretien n’est pas le lieu pour tester votre niveau académique. Vous avez donc peu à redouter de ce point de vue. Pour une raison simple : votre niveau a déjà été testé dans la phase d’admissibilité, si elle existe (c’est quand même la majorité des cas). Que cette phase ait pris la forme d’un dossier de candidature ou d’épreuves écrites. Donc, si vous êtes présent à l’entretien, c’est que vous avez le niveau suffisant. Dès lors les questions de cours, de connaissance et plus largement permettant de tester votre niveau sont très rares. Ce n’est juste pas l’objet de l’entretien. Vous pouvez souffler.

Néanmoins, on ne peut évacuer totalement le sujet :

  • Au coeur de la sélection. Vous postulez quand même à une formation. Donc le critère académique est logiquement un point fondamental de votre candidature. Il n’y a pas lieu de s’étonner d’une intervention sur ce terrain.
  • Un dossier un peu faiblard. Il se peut que votre dossier soit passé, que vous ayez réussi des écrits, mais que cela se soit fait de justesse ou avec des doutes sur certains points de votre dossier ou sur certaines matières. Le jury veut alors vérifier ces points sur lesquels il vous sent faible. Ce cas est fréquent s’il y a eu sélection sur dossier dans des formations de petite taille (de type master) et si le directeur du programme fait la sélection lui-même, tant à l’écrit qu’à l’oral, et qu’il y apporte un certain soin. Si vous avez identifié des points faibles, le risque est donc plus grand que vous puissiez vous faire interroger dessus.
  • Les aléas de l’entretien. Vous n’êtes pas à l’abri d’un membre de jury un peu zélé ou qui n’a pas bien compris l’intérêt de l’entretien. Ils sont loin d’être briefés parfaitement, ils peuvent avoir envie de montrer leur culture, de vous poser des questions de connaissance.
  • L’académique au sens large. L’académique n’est pas strictement votre formation antérieure. Le jury peut vouloir s’assurer que vous avez bien acquis les bases du lycée par exemple ou de culture générale. Il ne s’agit donc pas de questions de cours mais qui portent sur des choses que tout le monde devrait savoir. Exemple : demander le nombre de départements ou de fleuves en France est une façon de capter un signal très rapide sur vos acquis plus généraux. C’est certes une question précise, mais qui peut donner une signal beaucoup plus large au jury. C’est la théorie du signal.

Gardez quand même à l’esprit l’idée générale : le niveau académique n’est pas directement questionné en entretien dans 95 % des cas. Il peut l’être indirectement, d’où les développements qui suivent.

Comment ?

  • Actualité et sujets de réflexion

Les questions d’actualité ou de réflexion générale sont des moyens d’évaluer assez directement votre niveau académique, surtout si elles sont en lien avec votre domaine de spécialité.

Exemple d’une question à un étudiant en économie postulant en master finance : « Que pensez-vous de la politique actuelle de la BCE ? ». Pour répondre à cette question, le substrat de vos connaissances académiques sera visible.

  • Questions de connaissance

Le jury peut vous poser des questions de pure connaissance : « qu’est-ce que le BFR ? » à un étudiant en gestion.

  • En entrant très ouvertement dans le sujet : le jury décide d’ouvrir une séquence lors de laquelle il vous teste, évidemment selon votre niveau attendu.

Exemple pour un titulaire de L3 d’économie : « Parlons un peu d’économie ! Pouvez-vous nous expliquer la théorie des jeux ? »; « Puis à qui doit-on les derniers développements intéressants de la théorie des jeux ? »; « un économiste a-t-il déjà été nobelisé pour sa contribution à la théorie des jeux ? »…

Exemple pour un élève de terminale S avec des faiblesses identifiées en physique : « Parlons un peu de physique : Quelle est la longueur d’onde λ des rayonnements ultraviolets ? », « Comment appelle-t-on le phénomène qui permet de mettre en évidence le caractère ondulatoire de la lumière ? », « Comment est la fréquence d’une radiation monochromatique lorsque l’on passe d’un milieu transparent à un autre ? », « La célérité de la lumière dans le vide et dans l’air est c = 3,0 x 108 m / s. Si on envoie un rayon lumineux dans un prisme CROWN d’indice n = 1,5, la célérité de la lumière sera de… ? ».

  • En disséminant ça et là des questions, ni vu ni connu.

Le jury pose le même type de questions que ci-dessus mais au coeur de la discussion, noyé dans l’échange, au détour d’une phrase.

Exemple : alors que vous parlez d’un sujet d’actualité économique, le jury lance « Vous pensez à quel économiste ? »

  • Le comportement général, la forme du discours

Le niveau académique, ce ne sont pas que des connaissances. Ce sont aussi des comportements, des aptitudes. Même si le jury ne vous interroge par sur un terrain académique, il a des moyens plus subtils de d’évaluer votre niveau malgré tout. Donc, que vous soyez interrogé ou pas, vous envoyez des signaux qui peuvent aider le jury à se faire une idée sur votre niveau académique. Par exemple :

  1. La synthèse.
  2. L’argumentation.
  3. La structuration
  4. La syntaxe
  5. L’orthographe et la grammaire

Tous ces éléments sont évalués et contribuent à l’idée que se fait le jury de votre niveau académique. Ce sont des signaux.

Exemple : l’emploi du verbe « pallier » avec la préposition « à » alors que l’on dit « pallier un problème » et non « pallier à un problème » est un signal peu significatif pour un bachelier. Un étudiant à bac+5 qui dit cela signifie qu’il est quand passé à côté de cette règle pendant toute sa scolarité; c’est étonnant à ce niveau. Rien de grave, mais un signal faible envoyé au jury.

Exemple : un étudiant en khâgne ou passé par la khâgne qui dit encore « ceci dit » au lieu de « cela dit » a manifestement raté quelque chose. Ce n’est pas cette erreur en soit qui est grave; elle est juste un signal qui dit qu’il y’en a sûrement bien d’autre et surtout que si le candidat est passé à côté de cela, il a dû passer à côté de beaucoup d’autres choses.

  • La demande d’explications

Sans prendre la forme de questions pour évaluer votre niveau, le jury peut aussi vous interroger sur vos résultats, ceux de votre dossier ou ceux de vos écrits.

Exemple : « Pourquoi avez-vous obtenu de si mauvais résultats en comptabilité ? »Exemple : « Comment se fait-il que vous ayez si peu réussi votre épreuve d’anglais alors que vous dîtes avoir un bon niveau dans cette langue ? »

Un commentaire sur “Le critère académique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s