Les démarrages de l’entretien par les jurys

Le départ classique

« Présentez-vous ! », « Pouvez-vous vous présenter brièvement, s’il vous plaît ? » ?

Vous avez beau imaginer les situations les plus saugrenues, la plupart des entretiens, au moins 90 %, débutent par une invitation à vous présenter. D’ailleurs, si le jury fait correctement les choses, il se présente d’abord lui-même. Donc attendez-vous à ce moment et préparez une introduction percutante et synthétique (donc courte, 1’30 max.).

Attention, il existe des variantes au « Présentez-vous ! ». Ne vous laissez pas déstabiliser par celles-ci, elles sont une même invitation à vous présenter et appellent une seule et même réponse : votre introduction.

« Qu’est-ce qui nous vaut le plaisir de votre visite ? »

« Pourquoi notre école ? »

« Allez, dites-nous tout sur vous ! »

« Qu’avez-vous de beau à nous dire ! »

« Qui êtes-vous ? »

« C’est à vous ! »

« Qu’est-ce qui vous amène ? »

En effet, il est difficile par exemple de répondre à « Pourquoi notre école ? » sans avoir au préalable énoncé son parcours universitaire; de même la question « Qu’est-ce qui nous vaut le plaisir de votre visite ? », prise à la lettre, risque de provoquer une réponse maladroite du type « Je suis admissible et donc je viens passer l’entretien d’admission ». Ne vous laissez donc pas décontenancer par des formulations différentes. 

Les départs atypiques

Pourquoi ?

Les jurys font un travail très répétitif et il est légitime qu’ils essaient de varier les formats des  entretiens. Il n’y a là aucune volonté immédiate de piéger, juste l’envie d’aérer un peu l’exercice.

Il peut y avoir des éléments dans votre CV ou attachés à votre personne qui suscitent des départs différents.

Enfin, il n’est indiqué nulle part ce qu’est un démarrage normal d’entretien. La coutume veut que nous commençons le plus souvent par « Présentez-vous ! » ; mais il ne s’agit que d’usage, rien de plus. Donc pas de quoi se sentir piégé, il n’y a juste pas de règle en la matière.

Le jury est conscient que vous vous êtes préparé. Il a peut-être d’ailleurs entendu plusieurs candidats avant vous commencer l’entretien par une sérénade standardisée. En débutant l’entretien de manière originale, il marque son envie de ne pas entrer une énième fois dans un exercice trop normé, qui voilerait votre personnalité. 

Comment ?

  • Le jury vous pose une question anecdotique

« Vous êtes née un 8 janvier et êtes une Charentaise. C’est une date qui a une signification ça le 8 janvier pour quelqu’un qui habite la Charente ? Quel homme politique français est mort un 8 janvier ? » [François Mitterrand]

« Vous habitez rue Victor Duruy ? Vous savez qui était Victor Duruy ? »« Ah Honfleur ! Parlez-nous de Honfleur ! »

« Vous êtes un fan du rose dites-moi ! Pourquoi cette couleur est-elle si présente chez vous ? »

« Roger… Roger… Vous ne seriez pas le fils de… ? »

Le jury, pour détendre l’ambiance (je vous accorde que de votre côté, ça la tend plutôt), parce qu’il veut s’amuser (vous, ça vous amuse rarement), peut s’attacher à des détails. Cela a un avantage que vous ne devez pas négliger : cela casse un peu le formalisme de l’entretien. Le piège est de rester crispé et de ne pas jouer le jeu. Prenez ce genre d’introduction avec le sourire, donnez au jury ce qu’il attend, soyez un peu bavard (pour montrer que vous êtes spontané et flexible) mais pas trop. Vous pourrez ensuite enchaîner sur votre introduction, en prenant soin d’assurer la transition

Donc :

Répondez au jury sereinement. Sereinement car ce n’est pas une substitution à votre introduction ; juste une entrée en matière informelle.

Essayez de rebondir sur votre introduction ; mais attention, avec souplesse. Si vous n’y parvenez pas directement ou voyez que ce n’est pas le moment, patience, ça va venir.

« Victor Duruy était ministre de l’Instruction publique sous le Second Empire je crois. Il me semble qu’il faisait partie des ministres assez emblématiques de cette époque… Si vous permettez, j’aimerais me présenter ».

Le « Si vous me permettez » est une façon de mettre de la souplesse dans la transition. Plus votre réponse à la question anecdotique du jury sera étoffée, moins le jury considérera votre transition brutale (vous n’aurez pas donné l’impression d’éjecter la question du jury).

  • Le jury accroche directement sur un élément de votre CV

Le jury aura pu prendre connaissance de votre CV ou dossier avant le début de l’entretien. Cette lecture aura pu suciter des questions spécifiques. En gros, le jury a compris votre profil général, il va directement à l’essentiel en s’arrêtant sur un point en particulier.

Même pas le temps de vous présenter, de lâcher la jolie petite introduction que vous avez préparée que vous voilà jeté au cœur de votre entretien ! Le jury a repéré un point-clé dans votre CV ou dossier et y va directement. Que faire ?

Vous n’avez pas le choix, vous êtes obligé de développer le point abordé par le jury. Hors de question de lui dire : « Je voudrais d’abord me présenter » ou de donner deux phrases sur le point soulevé par le jury pour dire aussitôt « Je voudrais maintenant me présenter ». Non, vous devez développer le point soulevé entièrement, pendant 3 minutes. Pas de panique, faites-le de bon cœur, pleinement, sans penser au fait que vous ne vous êtes pas présenté. En soi, la présentation est utile mais pas obligatoire !

Après seulement, vous pourrez dire au jury

« Je n’ai pas eu l’occasion de me présenter et j’aimerais le faire afin que vous ayez une vue synthétique sur ma candidature » ou « Ce stage est d’ailleurs est des éléments du cheminement qui m’amène devant vous aujourd’hui » → vous énoncez votre projet et revenez ensuite sur les 2 ou 3 autres éléments de votre cheminement, puis expliquez en quoi l’école vous intéresse…

 Et voilà, le tour est joué !

Le jury pourra même aborder plus brutalement un point de votre CV.

Exemple : « Encore un étudiant à Dauphine ! »

Ne vous vexez pas, ne vous énervez pas ! Le jury est manifestement joueur; il veut par une forme brutale s’épargner une introduction trop plan-plan.

Réponse possible : vous développez sur vos études à Dauphine, ce que vous avez étudié… Ne croyez pas que cette exclamation du jury soit une simple boutade. Il touche là bien à un des points-clés de votre CV (les études); donc développez pendant 2 minutes.

Puis tentative de rebond.

« Je suis donc effectivement étudiant à Dauphine, mais je ne suis pas que cela; j’ai également des expériences professionnelles, l’une chez… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s