Comment répondre à la question « Combien voulez-vous gagner ? »

Pourquoi ?

En ligne avec le marché. C’est une façon pour le jury de voir si vous connaissez bien les métiers vers lesquels vous voulez vous diriger. La question n’est donc pas surprenante.

De l’humilité. Si vous surévaluez votre salaire de sortie, vous passerez pour irréaliste. Cela pourrait créer de la déception chez vous une fois sur le marché ; le jury ne le souhaite pas. C’est particulièrement vrai si vous vous dirigez vers des métiers peu rémunérés : journaliste, métiers de la culture, de la communication. Vous devez avoir conscience que la rémunération ne pourra être la pemière motivation.

De l’ambition. A l’inverse si le salaire que vous évoquez est trop bas, vous risquez d’apparaître comme peu ambitieux, comme manquant de confiance.

Une préoccupation des écoles et universités. Le sujet est d’autant plus sérieux que les programmes publient tous des enquêtes « diplômés » avec les postes à la sortie et le niveau de salaire. Autant que l’on vous sente bien parti !

Comment ?

En K euros annuels bruts

Vous avez tous tendance à donner votre salaire en net mensuel. Le jury vous comprendra ; néanmoins le référentiel est le salaire annuel brut en milliers d’euros (K euros).

On dit : « 42 K euros » et non « 2700 euros par mois »

Renseignez-vous sur les salaires de référence

Rien de difficile, baladez-vous sur internet, vous trouverez les salaires approximatifs pour chaque grand type de métiers

Donnez toujours la fourchette haute du salaire de référence

Vous serez dans les clous et n’apparaîtrez pas comme pas assez ambitieux.

A la sortie, en vitesse de croisière

Pensez à préparer deux types de réponse à cette question :

– Votre salaire à la sortie

– Le salaire qui sera pour vous un bon salaire en milieu de carrière (ne quittez pas de trop loin le référentiel ou alors il vous faudra vous justifier)

Sans retenue

Vos premiers réflexes sur ce genre de questions sont la surprise, puis la gêne. Alors s’il vous plaît mettez de côtés votre inhibition, votre malaise bien français à parler salaire. Il n’y a aucune forme de gêne à avoir. Le salaire est un élément purement matériel, purement factuel ; ne le prenez pas pour autre chose. Donc sans gêne aucune, sans baisser la voie, sans reculer au fond de votre chaise, énoncez votre salaire escompté, clairement, normalement.

Ne faites pas croire que l’argent n’est pas important pour vous

« Ah, pour moi, vous savez l’argent c’est secondaire ! » ou « Ce n’est pas l’argent qui me motive en premier ! ». Non, non et non. A moins de vous soustraire totalement à la société contemporaine, vous ne ferez pas sans argent. Donc n’envisagez même pas un instant ce blabla culpabilisant. Vous donnez votre salaire et n’avez pas à vous justifier. Ce n’est pas sale, non ce n’est pas sale !

Cette justification n’aura un sens que pour des « professions sacerdoces » (journalisme, métiers de la culture…). Pour les autres (tout ce qui relève de l’entreprise en général), il va difficile pour un jury de gober ce genre de propos et vous passerez pour naïf. Et ce n’est pas bon.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s