Comment traiter d’un stage d’observation ?

Un stage d’observation a une valeur, relative au niveau auquel vous postulez. On est d’accord que vous n’aurez aucune difficulté à évoquer un stage d’observation à bac+0; ce sera plus difficile à bac+4/5 parce que le jury attend autre chose que de l’observation à ce stade. Mais, dans tous les cas, l’observation peut avoir de la valeur et vous la sous-estimez beaucoup trop.

Au point où vous cherchez souvent à en rajouter des tonnes, à gonfler l’expérience, à vous donner des responsabilités. Cela peut fonctionner lorsque vous êtes assez avancé dans votre parcours (disons que c’est crédible), mais cela fonctionne rarement lorsque vous n’êtes pas en âge d’avoir des responsabilités lors de vos stages. Assumez plutôt votre mission d’observation. Pourquoi ?

Parce que ce qui compte est votre discours, ne l’oubliez jamais (vous êtes en entretien) et à partir d’un stage d’observation, vous pouvez produire un discours très consistant, d’une valeur quasi-équivalente à un stage à responsabilité. En tout cas, vous pouvez très largement dépasser, au moins, les discours moyens sur des stages à responsabilité.

Partons de la structuration que je vous conseille pour traiter des stages. Cf. Comment parler de vos stages ? Et d’un exemple de stage traité comme un stage à responsabilité. Cf. Le Figaro. Je vais vous montrer concrètement ce qui change avec un stage d’observation.

  1. Contexte

La partie contexte n’est pas impactée par le caractère d’observation de votre stage. Un contexte est un contexte. Faites donc comme pour un stage à responsabilité.

 « J’ai fait un stage de 15 jours au sein de rédaction du Figaro en 2014 et plus précisément au sein de Madame Figaro. Madame Figaro est fourni en supplément du journal Le Figaro dans son édition du samedi et est consacré aux tendances de la mode et de la beauté. Le positionnement du magazine, par son approche rédactionnelle et l’iconographie, cible un lectorat haut de gamme mais grand public. La recherche de l’élégance et la volonté de distinction, tout en critiquant le conformisme social [de la mode], ont toujours constitué les maîtres mots de la mode présentée dans Madame Figaro. Le supplément est diffusé à environ 430 000 exemplaires chaque semaine, ce qui en fait un des titres phares de la presse féminine et pas que puisque ce supplément a la particularité, à la différence de magazines typiquement féminins, d’être lu par des hommes. Lorsque j’ai fait mon stage, cela faisait 5 ans que le magazine perdait environ 10 lecteurs par an. J’ai décidé de faire ce stage au Figaro Madame car il s’agit d’une rédaction nationale, d’une production hebdomadaire laissant un temps d’investigation, mais aussi parce que la ligne éditoriale de Cécilia Gabizon laisse une place à des sujets de fond. La « digitalisation » du magazine est un défi qui m’intéressait également. » 

Voyez à quel point cette partie est tout aussi pro que pour un stage à responsabilité.

2. Mission

Votre « mission » est ici d’observation. Donc :

« J’ai observé pendant ces 15 jours le travail de rédaction aux côtés de la rédactrice en chef et d’une rédactrice chargée de la rubrique culture. »

3. Actions

En tant qu’observateur, vous n’avez pas réellement d’actions. Les actions deviennent logiquement des observations. Mais l’observation d’actions. Donc, il n’y a aucune raison pour que le propos soit moins consistant que s’il s’agissait de vos propres actions. Vous voyez où je veux en venir ? Vous n’avez aucune excuse pour ne pas donner un propos intéressant au jury, au prétexte qu’il ne s’agit QUE d’observation.

« La tâche principale que j’observais portait sur la rédaction d’articles sur la culture. Cela représentait environ les deux tiers de mon temps. Tout partait de la conférence de rédaction : les journalistes et la rédaction en chef, une fois par semaine, lançaient les sujets : ils étaient inspirés de l’actualité la plupart du temps. Chaque semaine, la rédactrice récoltait donc 2 articles d’environ 3000 signes à produire. Lors de mon stage, elle a écrit sur Jean Giono, Jean Anouilh, les Rolling Stones et Bob Bylan. J’ai eu la chance d’être invitée à des conférences, à des événements. Ce qui m’a le plus marqué est ma rencontre avec le chanteur Charles Aznavour qui a tenu des propos d’une grande intelligence sur la question féminine.

J’ai par ailleurs participé au lancement de Mademoiselle Figaro. Le Figaro souffrait d’un vieillissement de son lectorat, comme la plupart des journaux. La moyenne d’âge des lecteur était de 52 ans. C’est donc un enjeu de conquérir les jeunes, qui deviendront ensuite la nouvelle génération de lecteurs. J’ai pris part aux discussions sur le format du magazine, sur sa ligne éditoriale. Cela prenait la forme de 2 réunions hebdomadaires et de travaux de recherche. Je donnais mon opinion, j’échangeais lors de ces brainstormings.

Madame Figaro travaille à la digitalisation de son offre. J’ai assisté enfin au travail sur un projet de boutique en ligne. Madame Figaro comprend de nombreuses propositions de produits. Le journal voulait les offrir à l’achat sur le site. J’ai participé au processus de maquette et d’élaboration du site. J’ai notamment fait remarquer qu’il faudrait que cette boutique rassemble les produits de la semaine mais aussi et surtout les produits sur un an ou deux ans de numéros. Pourquoi ? Parce que de nombreuses lectrices se rappellent avoir vu un produit dans un numéro précédent et aimeraient le retrouver; mais aussi et surtout parce que Madame Figaro est un magazine de référence dans les salles d’attentes, où les numéros disponibles sont loin d’être les plus récents. »

4. Résultats

Cette partie disparaît de votre discours. Pas d’action = pas de résultat. Pas de quoi déstabiliser la structure du discours, les résultats ne représentent que 30 secondes.

5. Apports

Ici, vous n’avez encore une fois aucune excuse. Et même, au contraire, l’observation a dû vous permettre de tirer quelque chose de cette expérience. Ce sont les apports.

Pour un stage d’observation, vous pouvez puiser dans les éléments suivants :

  • Les choses observées : un type de management, le rôle de l’entrepreneur, la longueur de l’innovation…
  • La compréhension d’enjeux : à quel point l’entreprise doit se renouveler, l’importance de la recherche dans l’entreprise, le rôle fondamental du développement durable dans la constitution d’un avantage compétitif…
  • L’identification d’un métier ou d’une fonction plus générale qui vous intéresse.
  • L’identification de dimensions que vous aimeriez voir ou ne pas voir dans votre futur métier : travail d’équipe, analyse, challenge…
  • L’identification de qualités ou de compétences qui sont nécessaires pour exercer tel ou tel métier.

 « Cette expérience a été importante dans mon cheminement. D’abord, j’ai compris à quel point le métier de journaliste et plus largement que la presse sont soumis à des contraintes dans lesquelles il faut s’inscrire : contrainte de temps et de coût. Travailler dans la presse c’est quasiment faire voeu de frugalité; derrière les paillettes, il y a un environnement de travail au filial assez austère. Ensuite, j’ai apprécié l’autonomie de travail. C’est ainsi que je veux pouvoir travailler; certes dans un collectif, pour un collectif mais avec une grande autonomie et donc aussi une confiance des autres. Enfin, cela m’a convaincu que j’avais besoin d’une formation supplémentaire : être journaliste n’est pas seulement savoir écrire, il y a un regard, des méthodes, une déontologie aussi. C’est ça que je veux apprendre. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s