Comment faire avec les questions impliquant une action physique ?

Définition : toutes les questions qui vous invitent à vous mettre en scène d’une façon ou d’une autre. Exemple :

« Déshabillez-vous ! »

« Pouvez-vous danser, nous faire quelques pas ? »

« Vous voulez bien chanter un peu pour nous ? »

« Vous pouvez nous écrire une phrase en chinois au tableau ? »

Ces questions sont somme toute peu fréquentes. Néanmoins, vous avez moyen de détecter en amont si vous êtes un sujet à risque. Ces questions reposent souvent sur une compétence ou un savoir-faire qui est contenu dans votre CV.

Pourquoi ?

  • Créer des espaces de spontanéité. L’entretien est soit un peu trop (ce qui ne veut pas dire bien) préparé par les candidats, soit il est ce truc un peu moyen et mou, tiède, qui fait que l’on doit être tout en retenue, qu’il faut rester bien droit et sage devant la dame et le monsieur. Sauf que cela finit par ennuyer la dame et le monsieur. En tout cas, cela peut finir par les ennuyer. Le jury a besoin de casser parfois une routine d’entretien, de vous voir dans des espaces non préparables. Il n’y a là aucune volonté de vous piéger. Vraiment. Juste l’envie d’aérer l’entretien, voir de s’amuser un peu.
  • Tester votre tempérament. Vous mettre face à de telles questions est une façon comme une autre de vous connaître : allez-vous êtes timide, malin en détournant la question, téméraire en vous lançant directement, sans limite ? Vous êtes en général tellement surpris par ces questions que transparaît immédiatement votre tempérament.
  • Vérifier et savoir. Le jury peut vouloir vérifier une compétence, un savoir-faire que vous dites maîtriser. D’abord, il peut douter de votre maîtrise. Vous dites avoir un bon niveau en chinois; le jury veut savoir, alors il vous demande d’aller au tableau. Ensuite, il peut vouloir évaluer votre niveau, tout simplement. Vous dites pratiquer le chant; et si votre niveau de chant était vraiment extra-ordinaire ? Le jury veut se donner les moyens de savoir, il aimerait être impressionné. Ce serait tout bénéfice pour vous !
  • Vous voir en difficulté. On ne peut pas cacher la dimension sadique de certaines de ces questions. Le jury sait très bien que vous serez perturbé. Il a envie de voir comment vous pourrez vous en sortir.

Comment ?

Il faut distinguer deux cas :

Si l’action n’est pas embarrassante et permet d’accéder à une de vos compétences

Typiquement, la question « Vous pouvez nous écrire une phrase en chinois au tableau ? » n’a rien d’embarrassant. Il vous suffit de prendre un crayon ou une craie et d’aller écrire une phrase au tableau. Rien de troublant ou qui vous mette dans une situation délicate (sauf si vous ne savez pas écrire chinois, mais ça c’est un autre problème, vous avez menti !).

Dans ce cas allez-y avec entrain, ne redoutez pas l’épreuve !

Si l’action est de prime abord embarrassante et/ou ne permet pas d’accéder à une de vos compétences

C’est le cas, a priori, des questions suivantes : « Déshabillez-vous ! », « Pouvez-vous danser, nous faire quelques pas ? », « Vous voulez bien chanter un peu pour nous ? », « Vous pouvez nous dessiner un truc au tableau ? ».

Alors, il y a deux possibilités :

  • Soit la question est définitivement embarrassante et une action physique de votre part n’apporterait rien de concret au jury. En gros, jamais vous ne ferez l’action car elle est grotesque et sans intérêt. Vous ne vous y voyez pas vous, mais vous n’y voyez personne non plus ! Ce n’est pas une question de timidité personnelle, là. Vous sentez que la question est hors de propos et qu’une action serait inutile, que cela n’apporterait rien au jury.

Dans ce cas, il va falloir trouver une parade. Pas le choix. Une grande partie des parades possibles se trouve dans deux procédés :

  1. la verbalisation. Il s’agit de trouver un contenu suffisamment fort et intéressant pour ne pas avoir à vous déplacer, à vous mettre en scène et à être ridicule. Il faut substituer du contenu verbal à l’action physique, sur le même sujet que celui soulevé par la question du jury.
  2. la pirouette. Il faut sortir un bon mot, faire preuve de répartie, pour proposer de passer à autre chose.

Exemples :

« Déshabillez-vous ! ». Vous vous rendez compte que vous n’allez pas vous déshabiller ! D’aucune façon. Alors proposez une pirouette du type : « Je suis plutôt cérébral comme garçon. Donc je vais continuer à déshabiller mes expériences. Il est sans doute temps que je vous parle de ma passion depuis plus de 10 ans… ». Ou « Vous trouvez que je ne me suis pas assez déshabillé, que je me cache derrière un costume ? … eh bien, laissez-moi vous présenter ma passion depuis plus de 10 ans… ».

« Vous pouvez nous dessiner un truc au tableau ? ». Vous avez dit au jury quelques secondes auparavant que vous dessiniez. Ce ne serait pas un problème pour vous de dessiner au tableau. Donc la question n’est pas embarrassante. Néanmoins, l’apport de cette action sera nul, ou vous confinera au ridicule car faire un pauvre dessin à la craie n’apportera rien comme information sur vos qualités de dessinateur au jury. C’est vraiment vous faire déplacer pour vous faire déplacer. Donc vous pouvez répondre : « Je peux me déplacer certes, mais je ne crois pas que je puisse vous révéler quoique ce soit avec un bout de craie. En revanche, puisque vous voulez voir ce que je fais, je peux vous décrire très précisément ce que je suis en train de peindre en ce moment. »

« Pouvez-vous danser, nous faire quelques pas ? ». Vous avez dit au jury quelques secondes auparavant que vous faisiez de la danse. Ce ne serait pas un problème pour vous de faire quelques pas. Donc la question n’est pas embarrassante. Néanmoins, l’apport de cette action sera nul car ce ne sont pas 2 ou 3 pas qui vont montrer votre savoir-faire au jury. C’est vraiment du spectacle pour le spectacle ou du sadisme. Vous pouvez donc répondre : « Je pourrais vous faire un pas de danse certes. Mais je ne crois pas que vous y gagniez un spectacle car la danse est une question d’harmonie, d’enchaînements. Si vous souhaitez visualiser ma pratique de la danse, je peux en revanche vous décrire très précisément une séquence que je travaille en ce moment et qui est de toute beauté. »

  • Soit la question est embarrassante seulement, intimidante disons plutôt mais elle est pertinente : elle peut faire apparaître votre savoir-faire.

« Vous voulez bien chanter un peu pour nous ? ». Vous avez communiqué au jury votre pratique du chant. Naturellement, il veut y goûter. Il vous demande de chanter. A priori, même si c’est intimidant, vous pouvez assurer une prestation à peu près correcte, à la différence de la danse, qui demande de l’espace, de l’échauffement, des enchaînements. Vous pouvez certes préciser « J’ai besoin de deux minutes d’échauffement de ma voix, vous permettez ? ». Le jury peut apprécier vos qualités de chant, même si vous n’êtes pas en situation parfaite, donc là, vous pouvez y aller.

Vous pouvez éventuellement tenter une approche à la Deneuve, en disant « Non » d’abord et en verbalisant ou en faisant une pirouette, parce que vous êtes timide. Si vous le faisiez, ce ne serait pas grave. Puis devant l’insistance du jury, vous chanteriez finalement. Mais attention, vous pourriez manquer une belle occasion de gagner des points, si le jury décidait de respecter votre choix de ne pas chanter. Car, oui, il y a des points à gagner avec une prestation réussie !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s