Le rêve

Voici les questions que peut vous poser le jury :

« Qu’est-ce qui vous fait rêver ? »

« Quelle est votre utopie ? »

« Quel rêve aimeriez-vous accomplir ? »

Pourquoi ces questions ?

Le plaisir. Le jury ne recherche pas que le sérieux. Il veut aussi des candidats gourmands, avec de l’appétit, des envies, qui recherchent le plaisir. C’est signe d’une bonne santé mentale et peut-être même que vous croquez la vie à pleine dent. Quand vous parlez de rêve, vous parlez aussi de plaisir et au moins d’une capacité à vous projeter positivement.

L’ambition, l’exigence. Encore et encore l’ambition ! Quand on évoque un rêve, on émet une volonté. On émet aussi un horizon difficilement atteignable, voire pas du tout atteignable. Cela vous montre exigeant et comme un individu n’ayant pas froid aux yeux.

L’imagination. Le rêve nous emmène dans une sphère pas toujours rationnelle. Il nous fait souvent quitter les contraintes du monde physique, temporelles, spatiales, pour nous engouffrer dans une pure vue de l’esprit, volontaire ou non. Cette audace imaginative est appréciée du jury.

Les questions sur le rêve peuvent donc être suscitées par des attitudes ou des propos suggérant l’absence d’une des trois dimensions citées ci-dessus; c’est-à-dire si vous êtes perçu comme un candidat laborieux (qui travaille beaucoup); se contentant de l’existant, « mou du genou »; terre à terre.

Comment ?

Du rêve, du vrai !

Quand le jury vous pose la question du rêve, s’il vous plaît ne lui servez pas un truc banal, mou et sans intérêt. Le jury évalue la production de votre cerveau sur cette question, votre originalité, votre capacité à produire de l’altérité. Pas du quotidien, de l’ordinaire. De l’EXTRA-ORDINAIRE ! Donc, s’il vous plaît, mettez absolument de côté les réponses du type :

« Mon rêve est de trouver un équilibre entre ma vie professionnelle et ma vie personnelle. »

« Mon rêve est d’avoir une famille et d’être entouré des gens que j’aime. »

Oh la guimauve ! Ce que vous appelez rêve n’est qu’une situation banale de la vie réelle (même si les deux souhaits émis sont loin d’être des réalités si courantes dans la vie réelle). Ce sont des souhaits, mais pas des rêves ! Lorsque le jury vous pose la question du rêve, il veut expressément quitter la banalité de l’entretien ou de la vie que vous lui dressez depuis plusieurs minutes. Il ne faut pas de tiédeur sur cette question ! Il faut du grand, du beau, de l’extra-ordinaire !

Attention à ce titre aux rêves un peu trop partagés par le plus grand nombre. Un rêve doit être personnel.

Exemple : « voyager », « faire un tour du monde ». Ce « rêve », outre qu’il est assez accessible, est trop dans l’air du temps. Ou alors, il faut détailler pour que l’on y trouve une dimension personnelle et extra-ordinaire.

Accessible ou inaccessible ? Réaliste ou farfelu ?

Les deux sont possibles. Un rêve peut être accessible contrairement à une idée répandue; tout n’est pas chimérique dans le rêve. Et on peut au contraire vouloir réserver son espace de rêve à l’inaccessible, qui sera soit un simple horizon vers lequel on pourra tendre; soit une bulle idéale sans la moindre vocation réelle, un pur espace de pensée.

  • L’accessible

« Monter une entreprise reconnue comme un leader dans la biologie cellulaire, travaillant sur les marchés européens, américains et asiatiques et réalisant plus de 500 millions de chiffre d’affaires »

« Traverser l’Atlantique à la voile, seul. »

  • L’inaccessible

« Etre une rockstar et jouer devant 100 000 personnes dans l’un des plus grands stades du monde »

« Manger en tête à tête avec Martin Luther King »

Sérieux, pas sérieux ?

Les deux sont possibles.

  • Pas sérieux

Dans le rêve, il y a du plaisir. N’ayez pas peur de la superficialité; cette dernière est aussi contenue dans la notion de rêve !

« Embrasser Marilyn Monroe sur la bouche ! »

« Avoir des branchies pour rester sous l’eau des journées entières ! »

  • Sérieux

La question du rêve appelle très souvent des réponses personnelles. Mais votre rêve peut être collectif.

« Mon rêve est n’est pas un rêve personnel mais collectif; il porte sur la société entière. Mon rêve est que l’on puisse supprimer la notion de propriété. Qu’elle disparaisse du droit mais aussi de l’esprit des gens. »

Comme la question du rêve appelle souvent des réponses personnelles, vous pouvez vous distinguer en allant sur le terrain collectif. Une très bonne façon de passer un message sur votre souci du collectif, votre intérêt pour le monde et de dépasser le côté nombriliste de la question. Cela fait son effet dans les IEP, dans les écoles de management comme l’ESSEC par exemple.

Soyez précis !

Un rêve se raconte. Le rêve contient en lui-même de la littérature; il est une littérature. Donc soyez précis dans la description du rêve. Il ne s’agit pas d’y passer 3 minutes, loin de là (sauf si vous le raccrochez à un de vos points-clés), mais d’en donner une description précise en une ou deux phrases.

« Escalader le mont Godwin-Austen, surnommé le K2, situé à la frontière sino-pakistanaise. Il s’agit du deuxième plus haut sommet du monde (après l’Everest). On le surnomme la « montagne sans pitié ».

Le rêve est un prétexte

Les questions sur le rêve ne sont rien d’autre que des moyens de placer des points-clés. Nous avons beau être dans un domaine qui n’est pas du réel, vous pouvez facilement y raccorder l’un de vos points-clés. Ou plutôt, vous avez intérêt à partir de l’un de vos points-clés pour en faire ressortir un rêve et avoir l’occasion de placer un de vos points-clés de 3 minutes. Le rêve fait partie des innombrables supports pour placer vos points-clés.

Vous identifiez un point-clé dont vous n’avez pas encore parlé et que vous pressentez comme un bon support à l’expression d’un rêve.

Exemples :

  • « Jouer dans l’orchestre de l’opéra de Vienne sous la direction de Sir Simon Rattle, qui est mon chef d’orchestre adoré, l’un des plus grands aujourd’hui. En effet, je joue du violoncelle depuis l’âge de 6 ans… (votre point-clé sur le violoncelle). »
  • « Travailler ma cuisine pendant 1 semaine qui me serait totalement dédiée avec le chef Gordon Ramsay. C’est sans aucun doute mon chef préféré, gratifié de trois étoiles en une fois par l’édition britannique du Guide Michelin. La cuisine est un centre d’intérêt majeur pour moi (votre point-clé sur la cuisine). »

Quelques idées sur le rêve

Le jury peut vous embêter sur la notion de rêve, vous traiter de « rêveur », vous dire que vous perdez votre temps avec des chimères… Prenez le temps de lire ces quelques citations. Pas la peine d’en retenir ici car le rêve n’est qu’un prétexte pour placer l’un de vos points-clés; il ne s’agit pas de disserter sur le rêve. Mais si le jury vous lance sur le sujet, vous aurez un peu de hauteur de vue.

Les rêves sont des vecteurs d’action

« La sagesse, c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit », Oscar Wilde, écrivain britannique (1854-1900)

« Les rêves donnent du travail », Paulo Coelho, romancier brésilien

« Nous avons tous des rêves, mais pour les réaliser, il faut beaucoup de détermination, le dévouement, la discipline et l’effort », Jesse Owens, athlète américain (1913-1980)

« Pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver. Ensuite, réveillez-vous calmement et allez d’un trait jusqu’au bout de votre rêve sans jamais vous laisser décourager », Walt Disney, producteur, réalisateur américain (1901-1966)

« Notre vie est pour une grande part composée de rêves. Il faut les rattacher à l’action », Anaïs Nin, écrivaine américaine (1903-1977)

« Ils ont échoué parce qu’ils n’avaient pas commencé par le rêve », Nicholas Shakespeare, romancier et biographe anglais (à ne pas confondre avec William !)

Les rêves n’ont pas vocation à être réalisés

« On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser. C’est ça, le problème des rêves : c’est que c’est fait pour être rêvé. », Coluche, comédien et humoriste (1944-1986)

« Rêver, c’est se désintéresser », Henri Bergson, philosophe français (1859-1941)

Le rêve est une nourriture

« Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à nous », Albert Camus, écrivain français (1913-1960)

« Le rêve, c’est le luxe de la pensée », Jules Renard, écrivain et auteur dramatique français (1864-1910)

« Savoir, penser, rêver. Tout est là », Victor Hugo, écrivain français (1802-1885)

« Les rêves sont les clés pour sortir de nous-mêmes », Georges Rodenbach, poète et romancier belge (1855-1898)

« Etre est plus indispensable qu’avoir. Le rêve, c’est d’avoir de quoi être », Frédéric Dard, écrivain français (1921-2000)

Rêve et vie ne concordent pas

« La vie a plus d’imagination que n’en portent nos rêves », Ridley Scott, réalisateur et producteur britannique

« Souvent le coeur se fatigue de voir que jamais vie et rêve ne concordent », Nils Colett Vogt, poète norvégien (1864-1937)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s