Comment faire face à un jury qui stigmatise ?

La stigmatisation, c’est quand le jury tente sans cesse de vous coller une étiquette, qui simplifie souvent votre personnalité, la réduit à une marque évidente. Il veut vous marquer au fer rouge.

La stigmatisation volontaire

Cela peut être volontaire; il veut vous provoquer pour voir comment vous allez réagir face à une démarche qui atteint votre être. Cette provocation du jury n’est peut-être pas dénuée de fondement. Il vous stigmatise abondamment car il veut faire apparaître un trait de personnalité qui l’interpelle et veut voir ce qu’il en est. Il attend une réponse.

Exemple : le jury vous fait comprendre que vous venez d’un milieu bourgeois : « Il fait bon vivre à Neuilly-sur-Seine ? », « Saint-Jean-de-Passy, bah voyons ! », « Vous faites du golf et de l’équitation, comme c’est surprenant ! », « La crise on la ressent bien du côté de Neuilly-sur-Seine ? ».

Exemple : le jury vous fait comprendre que vous êtes l’archétype de l’ingénieur : « Cela vous arrive de lire des livres ? », « Un truc d’ingénieur, quoi ! », « Vous vous intéressez à autre chose qu’aux sciences ? », « C’est quoi la fantaisie chez un ingénieur ? »

  • Abondez dans le sens du jury pour montrer que vous ne reniez pas cette caractéristique

Il n’y a rien de pire que de nier l’évidence. Si vous êtes bourgeois ou avez les caractères évidents d’un ingénieur, pourquoi en rougir ? Assumez, en toute tranquillité, avec un esprit stoïque.

« Il fait bon vivre à Neuilly-sur-Seine ? » : « S’il ne fait pas bon vivre à Neuilly-sur-Seine, il ne fait pas bon vivre dans beaucoup d’autres endroits ailleurs. »

 « Saint-Jean-de-Passy, bah voyons ! » : « Saint-Jean-de-Passy a été un cadre privilégié pour étudier, un lieu où j’ai adoré faire mes études. »

  • Exagérez pour montrer que vous avez compris son petit jeu, sachez faire preuve d’ironie (mais sans violence, toujours avec calme et bienveillance.

« Cela vous arrive de lire des livres ? » : « Oui, même des livres sans images… »

« Vous vous intéressez à autre chose qu’aux sciences ? » : « Difficilement, mais j’essaie… »

  • Mais distillez quelques éléments qui vont rassurer le jury.

Quand le jury insiste à ce point, il caricature quelque chose qu’il a observé pour bien le faire apparaître et susciter certes une réaction de votre part mais aussi pour être rassuré sur ce point qu’il a soulevé.

Sachez le rassurer, pas forcément immédiatement mais au cours de l’entretien. Ne niez pas l’élément que le jury monte en épingle, qui est sans doute vrai, mais montrez que votre personnalité ne s’arrête pas à cela.

  1. Soit en développant plus tard, mine de rien (sans faire référence aux piques lancées par le jury), des éléments qui contrecarrent la stigmatisation du jury. Lorsque le jury vous stigmatise, nous notez simplement qu’il sera important de développer plus tard ces éléments.
  2. Soit en plaçant immédiatement un point-clé qui rassure moyennant une répartie. Mais cela doit être fait avec beaucoup d’aplomb, le sourire et un fort esprit ironique, voire sarcastique. Car il est hors de question que vous tombiez dans une justification primaire, révérencieuse, devant un propos exagéré par le jury.

« Cela vous arrive de lire des livres ? » (question non isolée, mais arrivant après une salve de questions stigmatisant l’ingénieur; n’allez pas répondre ce qui suit à un jury qui vous demande juste ce que vous lisez ! : « Oui, même des livres sans images… j’ai l’impression que vous avez une sacrée représentation des ingénieurs. Je suis passionné par la littérature historique… (placement de votre point-clé sur la littérature) »

Ce que vous ne devez pas faire :

  • Rougir. La stigmatisation volontaire par un jury a une vocation de provocation. Ne prenez pas cela au premier degré, ne vous sentez pas blessé. Vous perdriez des points.
  • Etre consterné. Pareil ici. Il s’agit d’une provocation pour vous faire parler, pour obtenir dans un temps très court (le jury n’a pas le choix, l’entretien passe très vite) des signaux. Il ne faut pas en vouloir au jury, il procède comme il peut en si peu de temps. Faire le candidat outré par des propos primaires vous rendra désagréable et juge du travail fait par le jury. A moins d’une consternation de second degré, ironique, c’est formellement prohibé !
  • Vous justifier à outrance. La stigmatisation volontaire est de second degré chez jury. Ne faites pas un problème majeur du point stigmatisé par le jury. Il exagère. Veillez seulement à le rassurer, sereinement, au cours de l’entretien.

La stigmatisation involontaire

Cela peut être involontaire. Le jury ne se rend pas compte qu’il est en train de vous réduire à un profil-type, très réducteur.

Par exemple : vous êtes littéraire alors le jury ne cesse de vous poser des questions dans ce registre.

Deux choses à faire :

  • Se débrouiller pour passer sur des sujets qui renvoient à une autre dimension de votre personnalité
  • Eventuellement dire directement au jury : « Je ne voudrais pas être réduit à ma dimension littéraire; si celle-ci est très présente chez moi, elle n’est pas dominante… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s