Les questionnaires remis avant l’entretien

Pourquoi ?

  • Vous êtes, dans certains programmes, admissibles sans avoir rempli un dossier de candidature, sans même que le jury ait la moindre information sur vous (c’est le cas de l’entrée sur classe prépa par exemple). Lorsque vous venez de prépa ou du lycée, il serait même difficile de vous demander un CV, tant la matière est mince. Le questionnaire fait office de CV pris au sens large, plus expliqué, développé.
  • Le questionnaire est une façon d’accéder rapidement à du contenu et donc, pour le jury, de se lancer sans tarder dans les sujets qu’il estime importants pour vous évaluer. L’entretien est un temps court; ainsi le jury ne perd pas de temps.
  • Dans certains cas, le questionnaire sera un bon prétexte pour éviter une présentation en début d’entretien. Si le jury va directement sur l’une de vos expériences, sans passer par la case présentation, il n’y a donc vraiment pas de quoi vous alarmer. Il estime qu’il a déjà la présentation sous les yeux.

Comment ?

  • Un prétexte pour placer vos points-clés

Rien de plus. J’ai toujours été surpris par l’enjeu que vous semblez souvent mettre dans ces questionnaires. Sûrement parce que, quand vous êtes en prépa en particulier, vous n’êtes pas habitués à ces questions pourtant simples, mais tellement pas académiques. Il s’agit ici de rédiger un mémo pour le jury, de lui donner un maximum de matière sur vous. Point barre. L’exercice est donc très simple : il s’agit de placer vos points-clés, les mêmes que ceux que vous citez en intro et que vous voulez développer dans l’entretien.

—> N’allez donc a priori pas chercher d’éléments nouveaux, extérieurs à vos points-clés. Si vous introduisez des choses nouvelles, veillez à bien maîtriser le sujet pour ne pas vous faire piéger (exemple : « Quel personnage admirez-vous ? », si vous répondez Martin Luther King, bossez le personnage)

—> Veillez à bien les distribuer sur l’ensemble des questions.

—> Evitez de placer deux fois le même point-clé, sauf si c’est stratégique (si c’est un point vraiment majeur)

—> Interprétez avec souplesse les questions. Un point-clé peut vous paraître pertinent pour deux questions. Or, il faudra éviter de le mettre deux fois. Il faudra donc introduire un autre point-clé, peut-être immédiatement moins cohérent; mais résultat, vous en aurez introduit 2 au lieu de 1.

Exemple : 

« Avez-vous séjourné longtemps à l’étranger ? »

« Quelle est votre expérience d’autres cultures ? »

Ces deux questions appellent directement votre séjour de 6 mois en Allemagne. Seulement, vous devez distribuer vos points-clés. Donc placez votre séjour dans la première question. Et allez chercher un autre point-clé pour la deuxième, par exemple, votre engagement dans une association d’alphabétisation de personnes immigrées.

—> Ne multipliez pas les points-clés pour une même question. Par exemple quand on vous demande vos activités sportives. Préférez déployer bien une de vos activités, voire deux mais ne faites pas de liste sans fin. Vous pouvez en une ligne citer les principales et développer seulement celle que vous considérez comme majeure.

  • Zéro bullshit, que de l’information concrète permettant au jury de prendre la mesure de vos expériences.
  • Répondez franchement, immédiatement à la question. Ne commencez pas par une contextualisation… vous n’avez pas ici à raconter d’histoire, juste à livrer de manière brute de la matière pour que le jury ait envie de vous questionner.
  • Puis démontrez, expliquez, prouvez par une expérience, factuelle autant que possible : chiffrez, décrivez avec des données précises pour que le jury visualise parfaitement.—> Evitez donc les propos omnibus, passe-partout, plein de bons sentiments.

« Décrivez une situation difficile que vous avez réussie à bien gérer ! »

« A 18 ans, j’ai saisi l’opportunité d’une immersion de 2 mois à Londres, en effectuant un stage dans le groupe américain IFF. J’appréhendais de vivre dans un pays et d’y intégrer le monde professionnel, alors que j’étais jeune et inexpérimenté. En réalité, l’acclimatation s’est faite naturellement, j’ai rapidement pris confiance en moi et cette expérience a été très enrichissante et pas seulement pour l’anglais. »

—>  Préférez

« Décrivez une situation difficile que vous avez réussie à bien gérer ! »

« J’ai géré, seul, à 18 ans, l’accueil du groupe américain IFF à Londres pendant 2 mois. Ma responsable ayant été malade, j’accueillais chaque jour plusieurs centaines de personnes et passais les communications, alors même que mon anglais ne dépassait pas le niveau moyen d’un élève de terminale. Malgré la difficulté, j’ai géré cette situation totalement seul, pendant 8 heures par jour. »

  • Faites clair et simple

En général, vous avez entre 2 et 6 lignes par question. Le but est ici de donner de l’information claire pour un jury qui a une lecture en diagonale. Ce n’est pas un exercice littéraire et encore moins un exercice de remplissage des lignes allouées.

  1. Rédigez, faites des phrases, mais courtes.
  2. Répondez directement à la question, puis développez ensuite. Il faut aller directement au but ici.
  3. Ne cherchez pas à remplir l’espace à tout prix

Si vous voulez plus de conseils, lisez les articles consacrés aux principales questions posées dans les dossiers de candidature. A priori, les questions ne posent pas de difficulté.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s