Le béni oui-oui et les révérences

Origine

  • L’idée que vous êtes devant un jury tout-puissant, sorte de dieu suprême. Ce qui n’est évidemment pas le cas.
  • L’absence d’écoute. Quand on n’écoute pas un jury, qu’on est ailleurs (et ça arrive les moments d’absence, sous stress), pour exister et montrer qu’on est bien là, à l’écoute, on dit amen à tout.
  • La volonté de bien faire. On s’imagine qu’en étant aux petits soins du jury, il va être plus sympa.

Manifestation

  • Le hochement de tête de haut en bas à chaque intervention du jury, quel que soit son propos. Hochement qui veut dire en général « j’ai compris » ou « je suis d’accord » mais ce n’est juste pas possible puisque vous le faites sans avoir écouté la fin. A bannir !
  • L’incapacité à dire « non », à ne pas être d’accord, à apporter une contradiction à une argumentation du jury.
  • Le sourire figé qui accompagne toute réponse à une question gênante à laquelle on préfère un « oui » de politesse à un « non » engagé. Le rougissement aussi, qui montre souvent que vous vous contenez et n’osez pas donner la vraie réponse.
  • L’excès de politesse. Qui devient parfois de la mièvrerie lorsque vous dites au jury « Bonne question ! » ou « Je vous l’accorde ». Ce n’est juste pas possible.

Conséquences

  • Le manque de courage et d’honnêteté. Vous dites « oui » mais vous pensez « non »; vous hochez de la tête sans raison. Cela ne peut que masquer des non-dits. Le jury notera sans doute un manque de courage et d’honnêteté intellectuelle.
  • Le manque de personnalité. A être révérencieux envers le jury, vous donnez beaucoup trop d’importance à ce dernier. Vous vous effacez pour ne pas dire vous vous écrasez, au détriment de votre personnalité. Vous n’existez pas.

Retenez que :

  • Vous pouvez ne pas être d’accord avec le jury; vous devez même ne pas être d’accord avec le jury dans certains cas (provocation, contre-argumentation). Vous n’avez pas à dire amen à tout.
  • Si vous êtes un hocheur de tête compulsif, il va falloir que vous arrêtiez tout de suite.
  • Gardez toujours une distance, prenez un temps de réflexion avant d’acquiesser. Sachez vous montrer exigeant. Soyez nuancé. Les réponses ne sont pas blanches ou noires.
  • L’entretien n’est pas la cour de Versailles.

Un commentaire sur “Le béni oui-oui et les révérences

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s