J’ai cubé. Comment le justifier devant le jury ? 

D’abord, dans la grande majorité des écoles, il est clairement demandé de ne pas revenir sur ce point. Cuber est courant et représente plus de 25 % des candidatures. Donc le terrain n’est pas hostile a priori. Néanmoins, vous n’êtes pas à l’abri d’un jury un peu zélé. Dans ce cas :

  • Ne rougissez pas. Ne vous justifiez pas à outrance. Vous devez vous sentir parfaitement à l’aise avec la question. Et vous serez à l’aise car vous savez désormais que ce n’est pas un problème pour le jury. S’il vous pose la question, c’est pour essayer de comprendre ou volontairement vous indisposer; donc livrez-lui les informations et ne tombez pas dans le piège d’un jury joueur.
  • Utilisez les arguments suivants (au choix, un ou plusieurs) :
  1. La compétition : « La classe préparatoire est un espace de compétition et j’ai souscrit à cet état d’esprit en choisissant une classe prépa. La règle est simple : être le meilleur pour intégrer les meilleures écoles. Je respecte cette règle du jeu. Et je veux tout simplement essayer d’être le meilleur possible, puisque c’est la règle. »
  2. L’objectif personnel (qui prend appui sur l’argument précédent) : « Le principe de la classe préparatoire et des concours étant la compétition, fondée sur un niveau académique attendu, je pense avoir acquis un niveau (à force de travail) me permettant de viser les meilleures écoles. Ca aurait été dommage de m’arrêter là. J’aime la compétition. »
  3. L’école que vous recherchez : « Je n’avais pas les écoles que je voulais intégrer. Pas seulement en termes de classement mais sur le plan de ce qu’elles offrent. Deux écoles présentent un parcours qui me permettra de réaliser pleinement mon projet : X et Y. Les intégrer est donc un vrai avantage pour mon projet et cela méritait une année supplémentaire. Ce sera autant de temps gagné par la suite. » Cette réponse implique que vous soyez capable d’identifier des éléments différenciants majeurs; si c’est accessoire, ça ne marche pas.

Si le jury redouble de vigueur en mode : « Certes, mais vous avez perdu une année, c’est du temps de perdu ! », vous pouvez utiliser les arguments suivants :

  1. Le plaisir : « Perdu, non, car j’aime ce que je fais; mais il me tarde néanmoins de passer à l’étape d’après ». Ce « mais » vous permet d’afficher de l’ambition et de ne pas apparaître juste comme le bon élève qui se plaît dans le système scolaire.
  2. La non-satisfaction : « Ce qui aurait été du temps perdu pour moi aurait été de m’être donné autant au cours de mes premières années pour ne pas intégrer une école à la mesure du niveau que j’ai acquis. J’aurais trouvé cela dommage. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s