Connaissance du métier/poste (comme élément de lucidité sur votre projet)

Où trouver ces informations ?

  • Sur internet. Une double recherche peut être nécessaire.
    • Généraliste : pour identifier les métiers ou groupes de métiers qui vous intéressent. http://www.onisep.fr/Decouvrir-les-metiers
    • Spécialisée : ensuite, vous vous rendrez sur des sites plus spécialisés pour capter des informations plus précises. Il vous suffira de taper sur les moteurs de recherche : « les métiers de… »
  • Auprès de connaissances. 1er cercle, 2nd cercle, 3ème cercle, sollicitation d’inconnus en les contactant via internet, via un annuaire des anciens… peu importe. Il est très recommandé de rencontrer quelques professionnels des métiers visés. Ce n’est pas juste un conseil ; c’est une recommandation qui n’est pas loin d‘être impérative si vous voulez marquer des points car :
    • Les professionnels détiennent les informations les plus justes, les plus précises sur les métiers.
    • Les professionnels vont vous apporter des éléments de langage, du jargon, qui feront de vous quelqu’un d’imprégné.
    • Et surtout, les professionnels vont vous permettre d’exercer les définitions, de pratiquer les informations que vous aviez réunies sur les métiers. Souvent, lorsque les candidats parlent des métiers en entretien, on sent un flottement, une sorte de méfiance, d’absence de confiance en soi. Ils ne sont pas à l’aise face à un jury qui, se disent-ils, doivent être sacrément plus calés qu’eux sur les métiers. Cette aisance, cette assurance, vous ne pourrez l’acquérir que si vous mettez toutes vos connaissances et informations préalablement glanées sur internet à l’épreuve d’un ou plusieurs professionnels.

Ce qu’il faut savoir

Il faut donc rechercher sur internet et capter auprès des professionnels les informations suivantes.

  • Le nom des postes

Quand vous évoquez un ou plusieurs postes, vous devez en connaître les intitulés. Mieux, les intitulés exacts. C’est dans l’exactitude de vos énoncés que l’on jugera votre sérieux.

Exemple : on ne dit pas « chef de projet marketing » mais « chef de produit »

  • La mission des postes

La question la plus fréquente qui pourra vous être posée est « Que fait un trader, chef de produit, chargé de communication, ingénieur d’affaires… ? ». Nous sommes dans le simple registre de la définition. Donnez une définition générale puis énoncez de manière structurée les 2 ou 3 actions afférentes au poste.

Exemple : Un Sales a pour objectif de vendre ou d’acheter des produits financiers pour le compte des clients de la Banque, qui n’ont pas un « accès direct » aux marchés pour leurs opérations de couverture, d’investissement, de trésorerie. Le Sales joue le rôle de 
trait d’union entre les marchés financiers et ses clients. Ses tâches sont donc de :

  1. Développer une clientèle par un travail de prospection
  2. Consolider les relations commerciales avec les clients existants, en étant à l’écoute des clients, les appelant quotidiennement pour lier un contact étroit et les fidéliser
  3. Proposer des solutions pertinentes et innovantes en s’adaptant aux problématiques de chaque client 

Le jury veut s’assurer à la fois que vous connaissez bien les métiers, que vous en avez une connaissance autre que livresque ou très générale et que vous ne fantasmez pas des métiers qui, dans leur définition, ont tout de glamour mais dans la réalité quotidienne sont bien plus difficiles ou ingrats.

Pour cela, soyez capable de reproduire la journée-type d’une personne exerçant ce métier. D’ailleurs, le jury pourra vous poser ouvertement cette question « Que fait-il au quotidien ? ». Partez du début de la journée jusqu’à la fin et reproduisez une journée-type (c’est un exemple bien sûr car toutes les journées ne se ressemblent ; ne soyez pas bloqué par cela car cette question est un simple prétexte à vous immerger dans le métier).

  • L’évolution des postes

Le jury peut vous interroger sur votre avenir à la sortie du programme mais aussi à moyen terme. Il peut aussi tout simplement vous poser des questions de connaissances directes sur les postes afférents à une fonction.

Cette connaissance a une autre fonction : voir si vous connaissez vraiment les possibilités d’évolution au sein des fonctions ou en dehors. Certaines fonctions offrent des possibilités d’évolution assez nettes comme le marketing :

    1. Assistant chef de produit
    2. Chef de produit
    3. Chef de gamme
    4. Chef de groupe
    5. Directeur marketing

D’autres fonctions offrent peu de possibilités d’évolution : trader. Un trader arrive souvent en fin de carrière en début de trentaine. Il a peu de possibilités d’évolution dans la fonction et doit rechercher des nouvelles fonctions en dehors de la finance de marché.

  • Le salaire

Chaque fonction, chaque niveau hiérarchique, chaque secteur a des caractéristiques en termes de rémunération. Intéressez-vous

    1. au salaire de référence à la sortie. Vous connaîtrez sans doute le salaire moyen à la sortie du programme (il est donné par le programme lui-même en général). Ce salaire moyen doit être corrigé en fonction des métiers que vous visez. Les métiers de la communication sont sous-rémunérées par exemple ; ceux de la finance ou du droit des affaires tirent le salaire moyen par le haut.
    2. au salaire de référence à 3 ans
    3. au salaire de référence à l’apogée de la carrière. Les salaires n’évoluent pas de la même façon selon les métiers : certains salaires ont une courbe peu pentue ; d’autres très pentue.
  • Les qualités et compétences nécessaires pour le poste

C’est une question fréquente du jury : « Quelles qualités, selon vous, sont nécessaires à l’exercice de ce métier ? ». Référez-vous aux qualités et défauts. Vous vous doutez bien que le jury aura vraisemblablement à cœur de vérifier que vous possédez ces qualités. Citez les 2, 3 ou 4 qualités et, à chaque fois, ajoutez une phrase qui étoffe le propos, qui explicite pourquoi vous identifiez cette qualité.

Exemple : « Le travail de consultant demande d’abord une grande capacité d’écoute. En effet, sa mission est directement inspirée par son client et commence toujours par une phase d’observation et de diagnostic ; il est par ailleurs en relation permanente avec le client, voire est en mission chez lui. Ensuite, le consultant doit avoir une bonne capacité analytique. Son travail est avant intellectuel, il doit imaginer, concevoir pour proposer au client. Enfin, je dirais que le consultant doit être doté d’un bon esprit d’équipe et ne pas être individualiste car il travaille toujours en équipe, intervient chez le client au sein de groupes de 5 à 20 personnes. »

Même travail pour les compétences. Le jury pourra s’attacher à vérifier que le programme auquel vous postulez sera à même de vous apporter les compétences manquantes.

  • Les fantasmes sur le poste

Il y en a beaucoup dans l’ensemble venant des candidats. A vous de les faire tomber. C’est essentiel car cela va conditionner votre maturité et celle de votre projet professionnel perçues par le jury. Vous avez beaucoup de crédibilité à gagner ici.

Qu’est-ce qu’un fantasme ? Exemples :

« En conseil en stratégie, on fait de la pure stratégie. »
« En marketing, il faut surtout être créatif ; et il n’y a pas de maths. »
« Le monde de la recherche n’est pas un monde compétitif, on a le temps de produire. »

Pour se défaire des fantasmes, il n’y a qu’une vraie solution : les rencontres avec des professionnels. Et il faut poser la question à votre interlocuteur ainsi : « Quelles sont les idées reçues, les fantasmes sur ce métier ? »

  • Le jargon

Le jargon est un langage spécialisé propre aux membres d’une même profession. Alors, que l’on soit bien d’accord, il ne s’agit pas de jargonner pour « se la péter », en mettre plein la vue (au risque d’apparaître arrogant ou de perdre un jury qui ne connaît rien à ce jargon), mais bien de placer quelques termes qui montrent que vous vous êtes intéressé au métier, au domaine. Ce jargon, vous n’en ferez l’acquisition par le terrain, soit en ayant fait un stage, soit en rencontrant des professionnels ou en lisant des ouvrages généraux de type manuel sur le domaine.

Le jargon n’a ici aucune connotation négative et vous devez entendre ce mot avec une extension très large

Exemples : « implémenter » un système d’information (systèmes d’information), « positionnement-produit » ou « mix-produit » (marketing).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s