Les centres d’intérêt (comme élément de légitimité du projet professionnel)

Pourquoi ?

  • Les centres d’intérêt sont des points-clés de votre CV, qui peuvent être parfois très consistants. Ce n’est parce qu’ils relèvent de la sphère des loisirs et autres occupations qu’ils ne peuvent pas venir à l’appui de votre projet. La frontière du professionnel et du loisir est factice. Donc vous détenez bien là des éléments de légitimité potentiels.
  • Les centres d’intérêt ont le mérite de mettre un gros zeste de sincérité dans la légitimité. Un centre d’intérêt, ce n’est pas une expérience de 2 mois, ce n’est pas non plus lecture d’une semaine, un travail de recherche de 3 mois. Un centre d’intérêt, ça vous habite. Donc ça peut peser lourd.

Exemples

Le sport. Vous êtes fan de football, vous pratiquez depuis 15 ans, avez un abonnement dans un club, êtes allé voir des matches des deux dernières coupes du monde, connaissez parfaitement l’actualité footballistique —> cela peut appuyer un projet dans l’industrie du sport, de la distribution sportive, du management sportif, de l’industrie de l’entertainment; cela peut aussi appuyer un projet lié au management de façon globale, au management d’équipe en particulier.

La littérature. Vous vous intéressez à la littérature anglophone et spécifiquement aux auteurs américains de la première partie du 20e siècle —> cela peut appuyer un projet dans l’édition ou en rapport avec les Etats-Unis.

Les nouvelles technologies. Vous vous y intéressez au quotidien par des lectures, vous êtes consommateur, vous vous intéressez aux enjeux des nouvelles technologies —> cela peut appuyer un projet dans les nouvelle technologies, tout projet lié à l’innovation, à l’entrepreneuriat.

Mise en garde !

Grosse mise en garde, même. Certains candidats veulent faire de leur passion un métier. Du coup, presque toute la légitimité du projet repose sur le centre d’intérêt en question, qui est érigé en passion. C’est dangereux. Vous êtes alors en danger de projet-fantasme !

—> Julien adore la musique, la pop en particulier et veut travailler dans l’industrie musicale.

—> Aurélie aime la littérature et les arts en général et veut travailler dans le management culturel.

Pour éviter cela, penser aux points suivants :

  • Le projet professionnel ne peut, dans la majorité des cas, reposer sur un seul centre d’intérêt, sur une passion. Il a besoin d’autres éléments de légitimité, d’autres registres (stage, petit boulot, rencontres, lectures…).
  • Si le projet professionnel repose uniquement sur un centre d’intérêt ou une passion, il faut qu’il soit d’une consistance considérable.

Exemple : vous avez une passion pour la musique et vous voulez travailler dans l’industrie musicale. D’accord, si vous assistez à 50 concerts par an, que vous connaissez personnellement des artistes, que vous êtes incollable sur des artistes, des mouvements musicaux, que vous avez des avis personnels à émettre, une connaissance de l’industrie. En gros, un centre d’intérêt presque envahissant tellement il est consistant.

  • Il y a un autre recours : élargir le projet professionnel au delà de votre strict centre d’intérêt pour montrer que vous avez de la distance, que vous n’êtes pas dans le monde de Bisounours où les centres d’intérêt, les loisirs font les métiers.

Exemple : vous avez une passion pour la musique. Elle peut appuyer un projet dans l’industrie de l’entertainment/du divertissement; mais aussi un projet dans l’industrie créative.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s