A savoir sur la légitimité de votre projet professionnel

Ce mot « légitimité » paraît bien solennel, bien formel, même pesant. Il n’y a pas lieu de le prendre autant au sérieux : il signifie juste que l’on ne balance pas un projet comme ça, en haussant les épaules ou en balbutiant quelques propos bien légers lorsque le jury vous demande pourquoi vous avez ce projet. Il faut que ce projet soit fondé. Revue des choses que vous devez savoir sur cette légitimité.

L’exigence de légitimité varie selon votre niveau de candidature

Il est évident que les attentes du jury ne sont pas les mêmes selon que vous êtes bachelier ou déjà au niveau master. Justement parce que l’exigence de projet n’est elle-même pas la même. Un jury attend des fondements bien plus solides dans le deuxième cas que dans le premier. Mais, l’exigence de légitimité existe pour tout le monde : dès lors que l’on cite un projet, on doit expliquer sur quoi cer dernier repose.

Rendez-vous sur l’article évoquant des exigences de légitimité selon le niveau.

Normalement, la légitimité précède le projet professionnel

Cela peut paraître curieux d’avoir un projet PUIS de rechercher ses fondements. La logique voudrait que votre vie soit parcourue d’expériences qui vous mènent petit à petit à formuler un projet. Donc, deux précisions sont nécessaires :

  • Evidemment, ce sont bien vos expériences qui vous font aujourd’hui avoir une idée de projet et pas l’inverse. On n’invente pas un projet pour ensuite essayer de rassembler comme un peu des éléments de légitimité. La recherche d’éléments de légitimité signifie seulement que pour vous, dans votre tête, le cheminement vers le projet est sans doute clair; il ne l’est pas pour le jury car ce dernier ne vous connaît pas. Donc votre tâche est bien de vous remettre face à toutes vos expériences, rencontres, lectures, responsabilités, centre d’intérêts… pour essayer de reconstituer pour ces gens qui ne vous connaissent pas ce fameux cheminement qui vous amène à formuler le projet. C’est un travail d’archéologie et pas d’invention de toute pièce. Il vous faut fouiller te mettre un peu d’ordre, pour que ce qui vous apparaît à vous comme une évidence, soit fondé pour des gens qui ne vous connaissent pas.
  • Pour certains d’entre vous toutefois, tout ceux qui n’ont pas d’idée de leur projet professionnel, vous êtes bien dans une démarche d’invention. Là, oui, on peut parler d’invention. En observant toutes vos expériences au sens large, vous allez faire ressortir un projet probable, crédible. Vous n’avez pas le choix car être sans projet n’est pas envisageable (au delà de bac+2). Mais là encore, la notion d’invention n’est pas tout à fait exacte car la plupart du temps, vous n’avez juste pas pris le temps de vous poser sur votre projet; et en prenant le temps de rassembler toutes vos expériences, de vous poser dessus, vous allez faire émerger ce qui vous correspond sans doute le plus en terme de projet. Vous allez le faire accoucher. Donc, là, encore ce n’est pas vraiment de l’invention.

Certains éléments de légitimité ont plus de poids que d’autres

Cela dépend d’abord de votre niveau de candidature. Rendez-vous sur les articles dédiés au niveau de légitimité selon le niveau.

Indépendamment de votre niveau, certains éléments ont plus de poids que d’autres : les stages, longs idéalement, sont sans doute les éléments ayant le plus de poids. Tout ne se vaut pas.

Mais ce n’est pas tellement entre les catégories de points de légitimité (stages, petits boulots, rencontres, mémoires…) que l’inégalité se trouve. C’est bien plus à l’intérieur de chacune de ces catégories :

  • Un stage long de 6 mois en fusion-acquisition chez Rotschild a plus de valeur qu’un stage à caisse régionale du Crédit Agricole d’Alsace pour quelqu’un qui veut intégrer un très bon master 2 en Corporate Finance.
  • La rédaction de 15 articles de droit public publiés dans une revue étudiante de droit de l’Université a plus de poids qu’un mini-mémoire de 10 pages.

Donc, ne vous sentez pas à l’abri parce que vous avez des stages et plein d’éléments de légitimité… assurez-vous de leur degré de légitimité.

Pensez aussi à hiérarchiser vos éléments de légitimité. Vous évoquerez toujours le plus consistant en premier. Et le plus consistant n’est pas forcément le stage; ce peut être dans votre cas personnel un centre d’intérêt, un écrit, une rencontre… La hiérarchie est propre à chacun.

Les éléments de légitimité sont plus nombreux qu’il n’y paraît

Il est essentiel que vous compreniez cela. La légitimité de votre projet ne repose pas comme vous le croyez souvent sur vos seuls parcours académique et stages. Vous avez trop souvent l’impression que sans stage par exemple, vous êtes foutu. C’est une grossière erreur. En tout cas, tant que vous n’êtes pas à bac+5 !

Je consacre un article individuel à chaque élément de légitimité pour que vous compreniez que celle-ci peut trouver de nombreux fondements, qui dépassent de loin la seule expérience professionnelle :

La diversité des éléments de légitimité est une force

Les stages, la cohérence de votre parcours académique sont évidemment des éléments de légitimité de poids. Mais comme votre projet est censé vous engager sur une longue période, il est important que le jury perçoive qu’il est bien ancré (attention, votre projet, lorsque vous êtes bachelier, peut n’être qu’une piste, il n’en reste pas moins que cette piste doit être bien ancrée, bien fondée). Dès lors :

  • Il vaut mieux que ce projet trouve ses fondements dans un faisceau d’indices, qui convergent, plutôt que dans un indice unique, qui pourrait paraître fragile. Si les signaux de cohérence viennent de plusieurs endroit, la légitimité sera mieux assise.

Exemple : mieux que 4 sujets de recherche sur l’énergie éolienne; il y a un projet de recherche sur l’énergie éolienne, un stage, la participation à des conférences et l’appartenance à une association de promotion de l’éolien maritime.

  • La légitimité des stages et du parcours académique a beau être forte, ces deux éléments n’en restent pas moins très conventionnels. Trop peut-être pour être sincère. Vous avez fait toutes vos études en droit donc vous avez envie de faire du droit pendant encore 20 ans ? Ca a la force de l’évidence mais justement peut-être un peu trop. Vous avez fait 2 stages en cabinet d’avocats, donc on doit croire votre envie de devenir avocat pour les 40 prochaines années ? Trop facile. Certains éléments de légitimité, parce que révélant une vraie appropriation du projet, peuvent ajouter à la sincérité de vote démarche (rencontres, engagement associatif, écrits, lectures, centres d’intérêt, petits boulots…).

Légitimité à acquisition rapide ou à acquisition lente

C’est là un point essentiel. Les stages, le parcours académique sont des éléments de légitimité à acquisition lente. Il vous faut passer 3 ans d’études, trouver et réaliser un stage de 3 mois… Autant dire que quand vous êtes à moins d’un mois de vos entretiens, c’est impossible, à moins de s’inventer une vie.

La bonne nouvelle est que parmi les éléments de légitimité cités plus haut, certains sont à acquisition rapide voire très rapide. Autrement dit, avec un peu de travail, en quelques jours, ils peuvent devenir de solides éléments de légitimité.

C’est le cas :

  • des rencontres : facile de rencontrer des professionnels
  • des lectures, conférences : on se plonge en très peu de temps dans des ouvrages et revues de référence
  • des mémoires et écrits : un mini-mémoire peut se faire un quinze jours, un article en une semaine
  • des qualités personnelles : cela prend une heure de les relier à votre projet et à des éléments de preuve dans votre CV
  • des centres d’intérêt : ils peuvent être créés en très peu de temps

Donc, tous ceux qui se croient dans la m…. à quelques jours de votre entretien, vous avez des moyens d’action non négligeables.

Ce qui n’est pas légitime

  • « J’ai toujours voulu… », « Depuis toujours… », « Je ne sais pas pourquoi, c’est comme ça ».

Cela revient à dire que votre projet est légitime parce qu’il est légitime. La légitimité repose sur des éléments concrets et non des évidences qu’il n’y aurait même pas à exprimer.

  • « J’ai baigné dedans depuis que je suis tout petit »

L’atavisme ou la reproduction sociale n’est pas franchement un élément de légitimité.

4 commentaires sur “A savoir sur la légitimité de votre projet professionnel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s