Zoom sur les défauts

Pourquoi ?

  • La clairvoyance. C’est un très bon moyen de juger si vous êtes clairvoyant ou pas. Et cette clairvoyance se décline en 4 points.
    • L’identification. Avoir identifié ses défauts, c’est avoir accompli un bon bout de chemin. Le jury apprécie que les candidats leur livrent leurs défauts car cela signifie qu’ils sont attentifs, qu’ils sont à l’écoute des retours de leur environnement et qu’ils portent un regard sur eux-mêmes.
    • L’honnêteté. L’évocation des défauts est un très bon moyen de juger de l’honnêteté des candidats. Car vingt ou trente minutes d’entretien laissent apparaître au jury vos défauts, il vous sera difficile de les cacher totalement. Le jury se sera fait sa propre idée de vos défauts. Il lui restera à comparer avec ce que vous énoncerez.
    • L’acceptation. Le jury peut juger si vous êtes ou pas à l’aise avec vos défauts (et vous devez l’être !). N’oubliez pas que vous postulez à l’entrée dans une formation, vous allez donc être formé et par moment sans doute contrarié.
    • La mobilisation. Même si ce n’est pas obligatoire, le jury aime sentir que vous essayez de dépasser vos défauts, que vous travaillez dessus.
  • La cohérence. Vos défauts font ou ne font pas bon ménage avec
    • La formation à laquelle vous postulez
    • Le projet professionnel que vous énoncez.

Le jury veut juste évaluer si vous êtes fait ou pas pour cette formation et pour ce projet professionnel que vous présentez.

Ce qu’il faut à tout prix éviter

  • Les faux défauts

Il n’y a rien de plus énervant pour un jury que de récolter de la part des candidats des défauts qui n’en sont pas. Vous savez les fameux : « Je suis perfectionniste », « Je suis trop exigeant (mais avec moi-même aussi) »… Abandonnez tout de suite l’idée sinon vous allez inspirer :
– de la naïveté
– un manque de personnalité
– ou pire, un manque de prise au sérieux de la question

Je ne sais comment s’est diffusée l’idée qu’il faudrait dans l’entretien donner des défauts qui au fond sont des qualités. On voit ici une intention stratégique mais pas très fine car on rate carrément l’objectif de la question. C’est mal évaluer les attentes du jury, énoncées en préambule.

  • Les défauts rédhibitoires

Certes il faut être honnête dans la révélation de ses défauts ; dans une certaine mesure.

– Ne pas livrer de défaut jugé en contradiction totale avec les valeurs sociales ou les attentes du jury.

Exemples : Manipulateur, Menteur, Méprisant, Misogyne, Passif, Oisif : tous ces défauts sont unanimement considérés comme condamnables.

– Ne pas livrer de défaut jugé non « dépassable », non « travaillable », sur lequel il est très difficile, voire impossible, d’agir. Point intéressant car plus la formation à laquelle vous postulez est longue, plus vos défauts seront « pardonnables ». Plus la formation sera courte, plus vous devrez être vigilant : vous devrez pouvoir éliminer ou travailler ce défaut dans un temps très court ; le jury sera donc moins tolérant. Il faudra éviter les défauts trop lourds.

Exemples : Méchant, Médisant, Arrogant : une formation pourra difficilement agir sur ces défauts.

Les pires des défauts pour un candidat :

Médaille d’or : la malhonnêteté

  • Evitez de mentir au jury. Vous voulez vous parer des plus beaux atours : votre week-end à Londres avec papa et maman devient un road trip de 2 mois à travers le Royaume-Uni; votre séjour d’une semaine en Inde devient un voyage humanitaire d’un mois dans un orphelinat, séjour ayant nécessité une recherche financement de 5000 euros pendant un an; votre activité de classement à l’ambassade de France en Italie devient de la veille économique et stratégique (surtout stratégique, ça fait pro).

Bref, c’est bien légitime de vouloir embellir vos expériences. Et je ne vais pas vous en empêcher. Mais de là à vous inventer une vie ?

1. C’est périlleux.

2. C’est inutile. Vous surestimez à la fois les attentes du jury et le profil des autres candidats. Le jury est loin d’attendre des êtres exceptionnels. Il cherche aussi des individus humbles, capables de reconnaître qu’ils ont encore beaucoup à découvrir et à apprendre, bref, des produits semi-finis et non finis !

  • Ne faites pas celui qui sait lorsque vous ne savez pas.

La plupart des jurys ne plaisante pas avec la malhonnêteté. Certaines écoles n’hésitent pas à donner franchement le ton : si elles découvrent que certains éléments d’un dossier de candidature sont soit faux, soit plagiés, le candidat est automatiquement éliminé, quelle que soit l’attractivité de sa candidature par ailleurs.

Médaille d’argent : la suffisance

Il est difficile de tomber sur pire défaut que l’arrogance en entretien. Elle peut se traduire par une attitude de déférence vis-à-vis du jury, un ton sec, une répartie lapidaire.

Comment s’y prendre ?

  • Prouver

Lorsque vous placez un défaut, vous devez, comme pour les qualités, le prouver. Pour cela, vous devez vous appuyer sur vos expériences, les points-clés de votre CV.

Alors que vous n’aimez pas trop parler de vos défauts, un défaut peut pourtant être l’opportunité de placer un point-clé important de votre CV. Vous ne développerez pas tout ce point-clé en tant que preuve mais une fois la preuve apportée, vous pourrez embrayer sur le développement de toute l’expérience.

 « Du point de vue du client, un avocat se doit très certainement d’être consciencieux, efficace et rapide. C’est peut-être cette rapidité qui a pu me faire défaut quelques fois pendant ce stage. Je pense à une fois en particulier, lorsqu’une personne de l’étude m’a reproché de ne pas avoir salué un client dans un couloir de l’étude. Je venais d’avoir une longue conversation avec ce dernier dans l’ascenseur, ce qui justifiait l’absence de salutation lors de cette deuxième rencontre. Pris de court par ce reproche, je me souviens n’avoir pas su me justifier à temps, ce que je me suis reproché par la suite. »

  • Rebondir… mais pas trop

Rebondir. Quand vous évoquez un défaut, il faut éviter de rester sur une note négative. Donc vous devez essayer autant que possible de rebondir, de l’une des deux façons suivantes :

Vous devez montrer, avant de parler du fond, une envie et une détermination à travailler sur vos défauts. Le mot envie est essentiel. Car le jury ne doit pas sentir que vous introduisez ces rebonds « parce qu’il faut bien »; il doit percevoir que vous avez conscience de vos points faibles et que vous avez à coeur de les dépasser.

1. Montrer comment vous travaillez sur ce défaut (avec une forte détermination), par une preuve concrète encore une fois.

 « J’ai une aversion au risque. Elle se mesure par exemple à ma difficulté à avoir des pratiques que je juge risquées comme l’escalade, la parapente et je ne parle même pas du saut en parachute. Mais c’est une disposition plus générale qui me fait penser que je suis quelqu’un de très prudent, qui vérifie toujours excessivement avant de prendre des décisions. Par exemple, lors de mon stage chez Francis Lefebvre, alors que j’avais pourtant peu de temps, je relisais deux fois mes travaux avant de les envoyer. Ce qui m’a fait perdre du temps. Mais je travaille sur ce défaut et j’ai bien l’intention d’en venir à bout. Par exemple, j’ai réalisé un saut à l’élastique il y a 2 mois. Ca a été une grande étape. »

2. Montrer comment vous comptez travailler sur ce défaut, par une preuve concrète, peut-être contenue dans le programme que vous visez.

 « Je suis individualiste dans ma façon de travailler. J’entends par là que mes études en hypokhâgne et khâgne puis à l’Université m’ont entretenu dans cette forme de travail. Par exemple, en 4 ans d’études supérieures, je n’ai pas réalisé un seul travail collectif. Si bien que je n’ai pas cette faculté à travailler en groupe. Néanmoins, le désir est très fort de dépasser ce que je considère comme un défaut. C’est une des motivations d’intégration de ce programme car je sais qu’il est très orienté sur le travail en groupe. Pas moins de 4 projets de longue durée sont prévus l’année prochaine, auxquels il faut ajouter les travaux hebdomadaires. Cela va être une formidable opportunité de dépasser cet individualisme qui est très présent chez moi aujourd’hui. »

Mais pas trop. Il ne faut surtout pas transformer cette question sur les défauts en prétexte pour vous présenter en Superman et pour gommer finalement le défaut totalement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s