Comment parler des petits boulots ?

Les points importants

  • A l’envers

Il y a un travers très courant chez les candidats : commencer par évoquer ce que leur a apporté « le petit boulot » avant même d’expliquer ce dont il s’agit et ce qu’ils ont fait. C’est une vraie erreur car le jury ne peut évaluer les apports d’une expérience sans connaître le contenu de cette expérience. Donc vous parlez dans le vide lorsque vous évoquez les apports en premier ; pire, vous refusez d’établir un contact avec le jury car vous ne lui présentez pas la base nécessaire à sa compréhension de votre propos.

Exemple : « J’ai travaillé pendant 2 mois comme assistant de production sur un téléfilm. Cette expérience m’a appris la rigueur et permis de découvrir que j’aime vraiment le monde du cinéma… »

  • La visualisation

Le jury a besoin de vous imaginer en situation. C’est fondamental. Des images doivent circuler dans sa tête. De votre côté, c’est simple : vous avez vécu cette expérience ; donc les images, vous les avez déjà, elles viennent automatiquement. Pensez simplement que le jury ne les a pas. Il est donc important que preniez le temps d’installer cette expérience, de bien décrire le contexte.

  • Du factuel

Quand on évoque un « petit boulot », on attend de l’action. Pas de grands concepts, pas de verbiage, des faits. Soyez factuels, décrivez très précisément vos actions.

Proposition de structuration

La structure CMARA est la plus pertinente ici. Elle va vous permettre de développer un propos évolutif.

  • Contexte (30-40 secondes)

Le jury ne vous connaît pas, ne connaît peut-être pas l’entreprise dans laquelle vous avez travaillé (fréquent dans le cas des « petits boulots » qui se font souvent dans des petites entités) et encore moins dans quelles conditions vous avez exercé. Vous êtes trop peu bavard sur cette partie en général si bien que le jury ne parvient pas à visualiser votre activité et à « entrer » dans votre expérience. Si vous ratez cette étape, la suite de votre propos risque donc de passer sur la tête des membre de jury comme l’eau passe sur un imperméable.

Les éléments de contexte sont les suivants. Tous ne sont pas nécessaires dans tous les cas ; à vous de voir selon le cas de l’entreprise.

  • La date
  • La durée
  • Le nom de l’entreprise
  • La description de l’entreprise (métier, secteur, chiffre d’affaires, nombre de salariés, fondateur ; évidemment si nécessaire)
  • Le positionnement de l’entreprise (son marché, sa gamme, ses clients)
  • Les enjeux de l’entreprise
  • Le contexte dans lequel vous êtes arrivé
  • L’unité ou le département dans lequel vous avez travaillé (éléments permettant de vous visualiser en situation).

« L’été dernier, pendant 2 mois, j’ai travaillé en tant que vendeuse au Printemps. J’étais au Printemps Hausmann, dans le 9e arrondissement de Paris. J’étais au 2ème étage du magasin au rayon enfants et je travaillais pour la marque Jacadi. Jacadi est une marque créé au milieu des années 70, aujourd’hui faisant partie du groupe Idgroup et qui cible les enfants de 0 à 12 ans, voire 14 ans. A marque est positionnée sur le moyen de gamme supérieur ; un pull pour un enfant de 2 ans revient à peu près à 50 euros. J’étais donc dans l’espace réservé à la marque, environ 50 m², dans lesquels se trouvaient 2 vendeuses, qui en temps normal réalisent environ 1500 euros de chiffre d’affaires par jour ; en période estivale, nous étions plus proche des 1000 euros. »

  • Mission (10 secondes)

Quel était votre rôle ? Quel était votre poste ? Il peut être utile de préciser à qui vous étiez rattaché.

« J’étais vendeuse, en remplacement d’une personne partie en vacances et participais à la tenue de la boutique. »

  • Actions (1 minute)

Pour remplir votre mission, vous avez accompli des actions. On parle ici de la mise œuvre de votre « mission ».

  1. Essayez d’organiser vos actions en 2, 3 ou 4 points.
  2. Soyez le plus factuel possible.

« Mon rôle principal était de servir les clients. On m’avait demandé de faire qu’un client qui entre dans la boutique soit systématiquement abordé ; donc j’abordais les clients en leur proposant mon aide ; puis j’essayais de vendre. Nous avions pendant ces deux mois un produit spécifique à vendre en grande quantité, car des stocks importants avaient été constitués. J’essayais donc toujours d’inclure ce produit. Et pour cela j’avais une technique : lorsque l’on me demandait des conseils sur un vêtement, j’orientais systématiquement vers une couleur qui s’accordait avec le rose du produit, une parka, que nous devions placer. Et ça a vraiment marché.

Je me suis aussi occupée de la caisse, de la carte de fidélité. La caisse est un poste intéressant car si on se débrouille bien, c’est l’occasion de vendre un dernier produit supplémentaire. J’ai proposé aux vendeuses de mettre près de la caisse quelques petits articles et accessoires en rappel car il n’y en avait pas : je me rappelle de barrettes, de nœuds, de ceintures et chapeaux.

Enfin, mes origines chinoises ont été très utiles. Il faut s’imaginer qu’environ 25 % de la clientèle de la boutique était chinoise. Or, les vendeuses ne parlaient pas chinois et ne connaissaient pas bien la culture chinoise. J’ai alors proposé de les y initier. J’ai alors bâti un mini-guide de conversation avec les mots-clés fondamentaux en chinois : la taille, le prix, l’âge… Devant cette initiative, le responsable du département enfants du printemps m’a demandé d’organiser une session de formation d’une heure pour familiariser les vendeurs et vendeuses aux clients chinois. J’ai ainsi formé 12 personnes de Jacadi et des rayons voisins. Cela a été une belle expérience. »

  • Résultats (30 secondes)

Vous devez prouver que vous avez rempli votre « mission », que vous avez été efficace.

  1. Essayez de trouver 2 ou 3 résultats probants.
  2. Les résultats doivent être exprimés avec le langage approprié aux résultats : chiffré, quantifié.

Que peuvent être des résultats ? Exemples :

  1. Nombre obtenu (ventes par exemple)
  2. % d’augmentation généré (ventes, recherches)
  3. Nombre de pages écrites, de documents produits, de rapports rédigés
  4. Nombre de personnes convaincues, clients gagnés
  5. Temps obtenu, nécessaire

« Je pense avoir pris ce travail très au sérieux et obtenu de bons résultats. Ainsi, j’ai réalisé 30 % d’augmentation de mes ventes entre juillet et août alors que le nombre clients était à peu près le même. J’ai aussi vendu le plus du produit à placer, la parka, de tout le magasin : 37. J’ai réalisé la plus belle multi-vente de toutes les vendeuses en 2 mois, avec 895 euros de chiffre d’affaires. Et enfin, la production du guide pour les clients chinois sera un petit plus, petit certes, mais quand même un plus pour approcher les clientes chinoises, qui représentent 25 % de la clientèle. »

  • Apports (30 secondes)

Vous terminez par ce que cette expérience vous a apporté. Quel a été le bénéfice de cette expérience ? Qu’en avez-vous retenu ? En quoi cette expérience vous a-t-elle enrichi ?

Essayez de structurer les apports en 2, 3 ou 4 points.

Pour trouver les apports d’un « petit boulot », vous pouvez puiser dans les éléments suivants :

  1. Les compétences acquises : accueil client, maîtrise d’Excel, la comptabilité…
  2. Les choses observées : un type de management, le rôle de l’entrepreneur, la longueur de l’innovation…
  3. La compréhension d’enjeux : à quel point l’entreprise doit se renouveler, l’importance de la recherche dans l’entreprise, le rôle fondamental du développement durable dans la constitution d’un avantage compétitif…
  4. L’identification d’un métier ou d’une fonction plus générale qui vous intéresse.
  5. L’identification de dimensions que vous aimeriez voir ou ne pas votre futur métier : travail d’équipe, analyse, challenge…
  6. Les qualités acquises ou développées : écoute, leadership, capacités de médiation, persévérance…
  7. L’identification de qualités ou de compétences qui sont nécessaires pour exercer tel ou tel métier.
  8. Les choses rendues possibles par cette expérience : voyage financé par l’argent gagné par exemple.

Attention à propos des qualités acquises : il est assez maladroit de dire que l’on a acquis telle ou telle qualité lors d’une expérience courte. Une qualité participe d’un processus d’acquisition long et présente une forte inertie. Donc peu de chance d’acquérir une qualité en deux mois. Votre propos risque d’apparaître exagéré et artificiel (voire Miss France). En revanche, on peut développer une qualité, « gagner en » : « Je pense avoir gagné en écoute » ; « J’ai augmenté ma capacité à travailler en groupe ».

« Ce travail a été tout simplement ma première expérience du monde du travail et m’a permis de comprendre ce que sont des horaires, des collègues de travail, un salaire en fin de mois, des clients. Ensuite, je pense avoir trouvé un vrai intérêt dans cette partie commerciale/marketing. J’ai pu observer ce qu’était un placement produit, comprendre le positionnement de la marque, identifier la puissance d’une campagne de publicité. Je crois vraiment que la fonction commerciale peut m’intéresser. Enfin, j’ai aimé la dimension de challenge qu’il y ait dans ce travail et que c’est une dimension que je veux trouver dans mon futur métier. J’ai besoin de ce challenge pour avancer. C’est un moteur. »

P.S. : les termes Mission, Actions, Résultats, Apports sont là pour vous aider à structurer votre propos. Ne les reprenez pas tels quels à l’oral. Cela ferait très artificiel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s