Où et quand placer le projet professionnel dans l’entretien ?

Avoir un projet, c’est bien. L’avoir préparé et s’être préparé à en parler, c’est mieux. Mais, jusque-là, c’est sur le papier. C’est une autre chose de réussir à le placer correctement dans l’entretien. Car ce n’est pas si facile. Tout est histoire de calcul et de mesure.

Calcul parce que vous allez devoir être attentif aux occasions de le placer; voire créer les occasions.

Mesure, car le projet, surtout si vous êtes encore jeune (bac/bac+2/3), n’est pas le sujet que le jury attend absolument. Une démarche de placement du projet trop expressive, trop rapide, trop lourde serait maladroite et vous rendrait un peu trop calculateur.

Quand parler de son projet dans l’entretien ?

– Dans l’introduction/la présentation

Dans votre minute trente d’introduction, vous devez placer votre projet, entendu au sens large, très précis si vous êtes à bac+5, sous forme de premières idées si vous êtes bachelier. Il fait partie de votre motivation pour le programme auquel vous postulez. Vous ne vous étendez surtout pas. Vous y consacrez 10 secondes à tout casser.

– Dans l’entretien

Plus vous êtes avancé en âge et en formation, plus le projet constitue la pierre angulaire de l’entretien. En général, le jury voudra venir dessus en premier. Si vous avez la main, commencez par cette partie projet. Quand on dit projet ici, il s’agit pas forcément d’évoquer cash votre projet, mais d’aborder les éléments de légitimité de votre projet. C’est une façon d’asseoir progressivement votre légitimité et ainsi de faire passer sans difficulté votre projet ensuite.

La méthode de placement du projet

  • Placer les points-clés de légitimité de votre projet…

Vous aurez dans la majorité des cas pu glisser rapidement votre projet dans l’introduction. Le jury en aura donc connaissance avant que l’échange ne commence. Et si l’introduction n’a pas eu lieu, ce n’est pas grave. Inutile de commencer l’entretien en fanfaronnant avec votre projet porté en drapeau.

Si vous êtes en fin de cursus (bac+3/4/5), vous placerez d’abord, si vous pouvez, les blocs/points-clés qui portent la légitimité de votre projet.

Exemple : vous avez un projet dans l’industrie automobile. Vous vous débrouillerez, autant que possible, dans l’entretien, et dès le début, pour parler de vos expériences de votre stage, puis de votre intérêt pour l’industrie automobile (le blog que vous écrivez) et peut-être d’un mémoire que vous avez écrit.

Ce n’est pas grave si la conversation vous faire dévier parfois. Peu importe que le jury vous amène sur un autre terrain. Soyez flexible ! Le principal est que vous placiez gentiment vos discours de 2-3 minutes légitimant votre projet, que cela prenne 6 minutes ou 26 !

Si vous êtes plus jeune (bac+0/1/2), ne pensez pas forcément à placer vos expériences liées au projet en premier. Allez d’abord sur les expériences les plus importantes de votre CV.

  • … pour en arriver au projet

Une fois que vous aurez pu placer vos quelques points-clés qui légitiment votre projet, vous pourrez énoncer clairement votre projet.

– Le terrain aura été préparé, donc il apparaîtra légitime. Il passera plus facilement dans les oreilles du jury.

– Vous aurez cheminé tranquillement, plutôt que d’avoir marché avec vos gros sabots. Et ça, un jury aime car il apprécie l’échange et non les contenus plaqués.

Les cas difficiles

  • Si le jury ne parle pas du tout du projet, que faire ?

Plus vous êtes jeune, moins c’est grave. Ce n’est pas l’élément majeur de votre candidature. Néanmoins, à partir de candidatures à bac+2, cela pourrait être pénalisant de passer à côté. Il faut que vous le réintroduisiez progressivement. Progressivement signifie que vous n’allez pas le placer cash, mais développer un, puis deux, puis trois éléments de légitimité de votre projet. Et vous pourrez parler de votre projet, si le jury n’a pas eu seul l’initiative de le faire.

  • Si le jury détourne toujours la conversation, comme s’il ne voulait pas qu’on en parle, que faire ?

Cela arrive. Notamment quand le jury vous voit arriver avec vos gros sabots et votre discours tout prêt. Dans la majorité des cas, cela signifie que le jury a connaissance de votre projet et qu’il n’en veut pas plus dessus, qu’il est validé, que ce n’est pas là que va se jouer l’entretien. Donc ne faites pas de fixette et lâchez prise; ne cherchez pas à placer à tout prix votre projet et allez là où le jury veut vous emmener. Ce peut aussi être une vicieuse tactique du jury pour vous déstabiliser et voir comment vous allez parvenir à vous affirmer et à revenir sur votre projet. C’est un jeu. Comme il vous est difficile de savoir dans quel état d’esprit est le jury, je vous conseille de lâcher prise et d’aller sur les autres terrains; ce sera l’occasion de placer vos autres points-clés (associations, centres d’intérêt…); lâcher prise ne veut pas dire vous laissez complètement aller, mais aller sur d’autres points-clés de votre CV; vous ne faites donc pas rien, vous êtes bien en train de convaincre grâce à vos points-clés). Si vous voyez que le jury fait de la résistance jusqu’au bout et ne parle pas de votre projet, vous pourrez l’aborder à la fin de l’entretien, avec ironie si le jury est joueur : « Après 4 tentatives avortées de vous parler de mon projet (sourire), je veux bien vous en dire quelques mots avant la fin de cet entretien ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s