Les études à l’étranger

Pourquoi ?

  • Comme les voyages, les séjours longs à l’étranger inspirent au jury de l’ouverture, de l’autonomie, de l’aventure. Encore faut-il assurer dans le discours pour véhiculer ces qualités. Dit autrement, les études à l’étranger ne sont pas suffisantes pour intéresser un jury ; il va falloir apporter du contenu.
  • Les séjours à l’étranger sont de plus en plus vus comme un atout de première catégorie. Certains programmes exigent même que les candidats soient passés par une période longue, supérieure à 6 mois, pour pouvoir candidater. Dans tous les cas, ils constituent un avantage.
  • Les séjours longs à l’étranger, du fait de l’immersion, sont de très bons supports pour apporter des contenus intéressants au jury. Car six mois, un an à l’étranger sont des durées longues qui vous ont permis de vivre des expériences consistantes.
  • Les études à l’étranger sont un très bon moyen de voir comment, plongé dans un cadre nouveau (et le parallèle est facile pour le jury avec l’entrée dans le programme auquel vous postulez), vous apprenez ; ce que vous êtes capable de retenir d’une telle expérience. Si votre réponse est creuse, le jury, par transposition, pourra douter de l’apport, pour vous, de son programme.

Comment ?

Les erreurs à éviter

  • Croire que votre séjour se suffit à lui-même

Il est fini le temps où partir à l’étranger faire ses études impressionnait les jurys ! La chose est si courante désormais que c’est plutôt l’absence de cette expérience qui suscite leur curiosité. Conséquence : ce n’est pas la simple évocation de votre semestre d’étude en Italie qui va satisfaire le jury. Il va falloir lui apporter du contenu, beaucoup de contenu, au même titre que pour les voyages, mais avec cette fois une exigence beaucoup plus forte.

  • L’auberge espagnole

«  J’ai vécu avec 4 autres étudiants d’autres nationalités, c’était super, il y avait une bonne entente, je me suis fait de vrais amis blabla… » L’auberge espagnole est sortie en 2002 et depuis, le jury a eu maintes fois l’occasion de se gaver de discours faciles et simplets sur l’ambiance géniale de la colocation. Cela ne suffit plus. Ca eut fait son effet il y a 15 ou 20 ans, plus maintenant. Parler de votre colocation, de l’atmosphère, c’est très bien, mais soyez précis, allez chercher des anecdotes, parlez de discussions que vous avez eues ensemble, d’activités précises que vous avez vécues ensemble etc. Le simple effet paillette « auberge espagnole » ne produit plus aucun effet devant le caractère commun de l’expérience.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s