Des pièges en entretien ? Si peu !

L’entretien est, pour vous candidat, un objet non-identifié, dont vous vous préoccupez généralement sur le tard et qui a tous les atours d’un traquenard ou d’un mauvais moment à passer. J’admets qu’il y a plus agréable; mais pas de quoi oublier le caractère essentiel de l’entretien : l’échange. Et à ce titre, l’entretien n’est pas un lieu piégé. Vous pouvez écouter les légendes urbaines, ce qui se dit, les bruits çà et là mais vous amasserez beaucoup de fausses idées.

L’entretien n’est pas un piège. Et je ne cherche surtout pas à vous rassurer, juste à vous livrer la vérité. C’est en cela que mon discours se détache entièrement des propos rassurants tenus par les établissements qui vous lâchent sans cesse : « Ne vous inquiétez pas, mon petit, il ne vous arrivera rien », juste pour vous mettre en confiance et parce qu’ils ne peuvent vous dire qu’ils vont vous assassiner le jour J.

Explications

  • Le jury veut que vous gardiez une bonne image de lui. Et à travers lui de l’institution qu’il représente. C’est d’autant plus vrai que le programme n’est pas très convoité. Le jury est autant à la recherche d’étudiants que vous êtes à la recherche d’un programme.
  • Ce n’est pas en vous installant dans une ambiance piégeuse qu’il accèdera à votre personnalité. Cela peut fonctionner parfois. Mais vouloir imposer une telle ambiance, c’est prendre le risque de passer complètement à côté de vous, du fait du stress généré.
  • Ce que vous percevez comme piège ne l’est pas, dans la plupart des cas. D’un côté le jury se veut malin parce que, le pauvre, il a très peu de temps pour faire son choix. Alors il gratte, il creuse. Et vous, vous percevez cela comme du vice, du malintentionné alors qu’il n’y a que précipitation pour essayer de percer en un temps record une personnalité. De l’autre, vous avez tendance à voir des pièges là où vous devriez voir de l’impréparation de votre entretien. Vous avez la fâcheuse tendance à désigner comme piège des moments qui vous mettent mal à l’aise… du fait de votre manque de préparation. Mais ça, ça ne s’appelle pas des pièges !

Alors pourquoi cette idée est-elle courante ?

L’entretien du fantasme

Les mêmes personnes qui tenteront de vous rassurer sont celles qui entretiennent la flamme du piège. Tout le monde a sa part de responsabilité dans cette histoire :

  • Les anciens

Ils ont bouffé de la pierre à leur époque et il n’y a pas de raison pour que vous y échappiez, vous ! Enfin, ça c’est l’image qu’ils gardent et aiment véhiculer de leur entretien parce qu’au fond, ce qu’ils ont vécu est on ne peut plus classique. Mais ça fait partie du mythe. Ils vous diront rarement que c’était difficile, essaieront de vous rassurer mais laisseront toujours deux ou trois petits mots inquiétants. Suffisamment pour se donner l’importance que vous avez accepté de leur accorder.

  • Les écoles/les programmes

Ah ils ne manquent pas de mots pour vous dire que les jurys ne sont pas là pour vous assassiner ! Et en même temps, contrairement à ce que vous pensez, beaucoup d’écoles/programmes sont en difficulté : ils ont besoin de faire croire qu’elles sont en position de force, que c’est difficile d’entrer, alors qu’ils manquent de candidats.  Alors ils essaient de faire illusion en donnant l’impression d’un rapport de force.

  • Les membres de jury

C’est qu’ils ont besoin de se sentir exister, particulièrement vis-à-vis des collègues. Alors ils en rajoutent un peu, font du zèle. Il faut imaginer que pour un membre de jury, les entretiens sont un jeu de rôle plutôt sympa que beaucoup prennent très à cœur. D’où l’adoption d’une posture un peu supérieure parfois.

  • Vos camarades

Cela fait partie du folklore des concours. On se monte la tête mutuellement. Vous y participez aussi. On joue à se faire peur. Cela fait partie de la sociologie des concours.

Les raisons objectives

  • De votre fait

95 % des questions-pièges n’en sont pas. C’est juste un terme pratique pour désigner toutes les questions qui posent problème. Mais le problème est ailleurs : vous ne vous êtes pas assez préparé !

Il faut ajouter aussi le contexte particulier. Vous êtes sous stress et votre capacité de jugement est alterée. Vous avez tendance à voir le mal partout !

  • Du fait du jury

Le jury cherche désespérément les bons candidats. Le fait qu’il fasse montre d’un esprit malin, qu’il vous pousse dans vos retranchements parfois vous donne l’impression d’une volonté de piéger. Mais vous vous trompez.

Un commentaire sur “Des pièges en entretien ? Si peu !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s