Cela peut-il être un argument de dire que l’on veut quitter sa famille, ses parents ?

Exemple : vous avez toujours vécu à Clermont-Ferrand; vous postulez à un programme à Paris.

Oui. C’est même bien vu. Sauf si vous lavez votre linge sale familial dans l’entretien ou de façon plus légère si vous étalez trop d’animosité envers votre entourage familial. En revanche, dire que vous avez vécu pendant 18 ans dans un environnement familial très présent (trop ?) et émettre l’envie de voler de vos propres ailes, de prendre votre indépendance est un très bon argument. Les jurys recherchent des personnalités et donc des individus ; vouloir s’échapper du nid familial est un très bon marqueur d’individualité et d’indépendance.

Cet argument peut être très utile si vous pensez donner une image d’enfant très protégé, ayant vécu dans un cocon familial très protecteur ou privilégié. Le jury risque de s’en être aperçu et vous colle alors à la peau cette image, pas franchement valorisante. Pourquoi pas valorisante ? Parce qu’elle laisse à penser que tout vous a été apporté dans le creux de la main jusqu’à aujourd’hui, parce que le jury ne vous voit pas acteur mais plus agi par un environnement familial.

« J’ai eu la chance de vivre 18 très belles années dans ma famille, qui a toujours été là pour moi, qui m’a offert des conditions de vie, d’étude excellentes. Mais il est temps désormais de prendre mon indépendance. J’en ai envie. Je veux tout simplement voler de mes propres ailes, être indépendant ! ».

PS : cet argument vaut quand on est jeune; plus le temps passe et moins il est crédible car « quitter sa famille » est de plus en plus évident.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s